Gaétane Orhant : une rentrée remarquée sur les terrains de Saint-Lô et Canteleu

Après son titre de championne de France As Poney Elite en juillet dernier, Gaétane Orhant a repris ce mois-ci le chemin de la compétition avec Champagne d’Ar Cus (Pfs, par Machno Carwyn, Wd) et son nouveau poney Velour de la Vallée (Pfs, par Quabar des Monceaux). Une rentrée sur les terrains de Saint-Lô et Canteleu ponctuée de plusieurs parcours sans-faute et d’une victoire dans un Grand Prix de CSIP. Interview.

Gaétane Orhant et son étalon Champagne d'Ar Cus lors de la dernière manche du championnat de France As Poney Elite - ph. Poney As
Gaétane Orhant et son étalon Champagne d’Ar Cus lors de la dernière manche du championnat de France As Poney Elite – ph. Poney As

Poney As : Ta famille est passionnée par les chevaux. Penses-tu avoir hérité de cette passion familiale ? Comment se sont passés tes débuts à poney ?
Gaétane Orhant : Oui, c’est tout à fait ça ! Quand j’étais petite, mes parents et ma sœur (Romane, ndlr) montaient à cheval et mes grands-parents avaient une écurie. On y allait assez souvent et ma cousine aussi. J’ai commencé très vite le poney, je dirais vers 2 ou 3 ans. Romane montait aussi dans un club même si elle a arrêté quelque temps. Je voyais des chevaux en permanence et j’ai voulu tout naturellement faire de l’équitation. Mes parents m’ont alors inscrite dans un Poney-Club. A 5 ans, j’ai eu un Shetland. Romane l’a monté en concours car j’étais encore un peu jeune et moi j’ai commencé à le sortir l’année d’après. Quand nous sommes partis en Normandie, j’ai arrêté de monter en club. Je devais avoir 7 ans je crois. Mes parents me donnaient des conseils et en concours, j’étais accompagnée de mon père ou de ma mère. Ils se partageaient déjà entre mes concours et ceux de Romane ! J’ai commencé à travailler avec Claude Castex en 2018 quand j’ai récupéré Thales Saint Roch, l’ancien poney de Romane. Je l’ai monté en Poney Elite, puis j’ai eu Vasco du Freka, Capucine Maque, Alaska de Valbourg, Champagne et Velour.

PA : Après quelques Grands Prix à ton actif, tu as marqué les esprits en remportant de belle manière le titre de championne de France As Poney Elite avec Champagne en juillet dernier. Comment as-tu géré l’après championnat et comment s’est passée ta rentrée sur les terrains ?
GO : Après les championnats, Champagne a bénéficié d’une bonne période de repos. J’ai fait ma rentrée avec lui en septembre à Saint-Lô, une Tournée des As où j’ai aussi emmené Velour (poney qui est confié à Gaétane, ndlr) . Il a bien sauté tout le week-end et était très à l’écoute : j’ai repris très vite mes marques. Je montais Velour pour la première fois en As Elite. Il a vraiment les capacités de faire ces épreuves-là. Il a montré sa progression et tout son potentiel. Sur ce concours de rentrée, il y a eu de bonnes choses, surtout le premier jour. Le dimanche, les poneys étaient très bien, mais j’ai moins bien monté. Je n’étais pas assez « dedans » et ça s’est ressenti au niveau de mes résultats.

PA : Comment analyses-tu ces petites fautes ?
GO : En fait, j’ai rajouté quelques foulées. Je n’avais pas le bon galop et du coup « ça ne sortait pas », surtout au début du tour. Samedi, je suis sans-faute avec Champagne et 4 points avec Velour car je rentre un peu fort dans un double. Dimanche, je faute sur le milieu du triple avec Champagne. J’ai pris le départ du Petit Grand Prix avec Velour et nous sortons du tour à 8 points. J’arrive trop près d’un oxer et je fais une seconde barre sur l’avant dernier qui était un vertical. J’ai mis la main et j’arrive encore un peu près.

PA : Le week-end suivant, tu as pris le départ du CSIP de Canteleu. Quel était l’objectif et tes pistes de travail ?
GO : L’objectif initial était de monter mes deux poneys dans la 1,30m du dimanche. Le programme nous le permettait. Parmi les pistes de travail : trouver le bon galop avec mes deux poneys, chose que je n’avais pas le deuxième jour de la TDA de Saint-Lô, le contrôle, et après, faire des petits réglages. J’ai toujours aussi en tête de les garder bien droit : Champagne se décale fort à droite et Velour à gauche !

PA : Les résultats à Canteleu sont au rendez-vous…
GO : Oui, ça s’est bien passé. J’ai engagé mes poneys sur les 1,20m et la 1,30m du dimanche. C’est ce que nous voulions. Champagne est sans-faute les trois jours et se classent à chaque fois 2e. Il a très bien sauté et encore mieux sur le tour du Grand Prix. Avec Velour (vidéo ci-dessous), je sors à 4 points les deux premiers jours. C’est dommage car j’avais le meilleur chrono. Samedi, je fais une barre sur le dernier ! Je me classe 7e et 8e.  Dimanche, je remporte avec lui la 1,30 m après un double sans-faute. Il était vraiment très bien ! J’ai quand même senti une évolution avec mes deux poneys au fil des parcours. Avec Velour par exemple, entre le premier et le dernier jour, j’ai pu comprendre un peu mieux comment il fonctionnait. Et c’était plus facile pour le Grand Prix.

 

PA : Comment as-tu trouvé ce Grand Prix du CSIP de Canteleu ?
GO : Franchement ça allait, il n’était pas gros et pas très technique. La moitié des couples engagés sort d’ailleurs sans-faute et l’autre moitié à 4 points, il était donc abordable.

PA : Ce même week-end, as-tu pu suivre à distance la finale des Coupes des nations ?
GO : Bien sûr ! Je n’ai pas vu les parcours en direct car souvent j’étais à cheval, mais j’ai suivi les résultats, oui !

PA : Quel va être le planning prévisionnel de compétitions pour tes poneys ?
GO : Nous allons de nouveau à Canteleu pour la TDA organisée le week-end du 9 octobre puis nous irons sans doute au Mans. En novembre, je pense que nous engagerons la TDA de Deauville et celle de Villers-Vicomte. Il y aura aussi peut-être un CSIP au Mans cet hiver. Je devrais reprendre ensuite en janvier, à Saint-Lô je pense. Je n’ai pas prévu d’aller à Lyon car je n’ai jamais fait d’indoor encore avec Champagne. Je pense que c’est un peu tôt de débuter ici.

Vous avez aimé cet article ? Dites le !
Facebook