L’incroyable parcours de Daisy Brown

Place au portrait d’une jument de selle néerlandaise qui a tracé un sacré bout de chemin. Si l’on connait les qualités de son fils étalon Kanshebber, qui était sa mère Daisy Brown ?
Simone Meulman et Daisy Brown aux championnats d'Europe de San Remo en 1986 - ph. coll. vd Laar
Simone Meulman et Daisy Brown aux championnats d’Europe de San Remo en 1986 – ph. coll. vd Laar
Daisy Brown est née en 1971 à Bokelo, dans la ferme de Monsieur Lugtebeld. Elle est le fruit du mariage entre l’étalon Arabe Kebir II (Noran x Rudan) et la poulinière New Forest Essinks Gipsy Queen (Mudeford No White x Prescott Junius). Son père a bien produit aux Pays-Bas et l’on retient particulièrement son fils étalon Kenaf, père notamment de l’excellent Sambo Lino, grand gagnant en Grand Prix international de CSO, régulièrement classé aux championnats d’Europe.
Daisy Brown, qui montrait de la qualité pour le saut d’obstacles, a ainsi été vendue pour le sport. Rudy Elders a été le premier à la monter avant de passer les rênes aux frères Scheich, Stephan et Roy. C’est avec ce dernier que la jument grise truitée a pris le départ de ses premiers championnats d’Europe de CSO. C’était à Söder en 1984 : auteur d’un tour sans-faute, puis de 4 points de pénalités, le couple termina 5e ex aequo de la finale individuelle. La performance était encore plus belle car Roy ne la montait que depuis trois mois seulement ! Cette année-ci, seul Peter Murphy avait bouclé un triple 0 en selle sur Foxlynch Little John.
Simone Meulman et Daisy Brown aux championnats d'Europe de San Remo en 1986 - ph. coll. vd Laar
Simone Meulman et Daisy Brown aux championnats d’Europe de San Remo en 1986 – ph. coll. vd Laar

Sollicitée par les étrangers, Daisy Brown ne fut pas vendue dans la foulée, mais 2 ans après. En 1985, le tandem se classa 10e, toujours en individuel, aux championnats d’Europe de Rotterdam (4+4). Il prit aussi une 4e place par équipe avec le meilleur score ex aequo des oranje : 0+4 tout comme la géniale jument Promisses (médaille d’or avec Bram Landa en 1991, se reporter à notre Top 15 des meilleurs poneys de CSO) alors montée par Jennie Zoer ! Était aussi aligné dans ce quatuor un certain Obelix, un poney à la longévité exceptionnelle qui fit ensuite le bonheur de l’équipe Belge. Pour l’anecdote, c’est en 1985 que l’équipe de France est montée sur la deuxième marche du podium par équipe, avec dans ses rangs, Isabelle Rabouan (Joli Coco de Ravary), François Legouen (Brown Beauty), Eugénie Legrand (aujourd’hui Angot) en selle sur le poney star Hibis du Bec et… Eric Scalabre, le papa de Thomas et Pauline, associé à Irish of Sligo (l’arrière grand-mère de Sligo de Mormal) !

Lorsque Simone Meulman et Daisy Brown furent sacrées championnes d'Europe, toutes deux ont fait la Une des journaux néerlandais. Ici la couverture du magazine Hoefslag
Lorsque Simone Meulman et Daisy Brown furent sacrées championnes d’Europe, toutes deux ont fait la Une des journaux néerlandais. Ici la couverture du magazine Hoefslag
 
C’est lorsque le frère cadet n’a plus eu l’âge de la monter que la grisette fut vendue à Simone Meulman au début de l’année 1986. L’entente fut rapidement au rendez-vous et le duo fut propulsé dans l’équipe numéro 1 des Pays-Bas. Quelques mois après, ils furent du voyage à San Remo en Italie où se tenaient les championnats d’Europe. Beaucoup ont parlé de cette échéance avec notamment ce premier tour de la finale individuelle très sélectif. Simone âgée de 13 ans et Brown Beauty ont signé l’exploit de s’y imposer après avoir barré pour la médaille d’or contre le Suédois Eskilsson associé à l’extraterrestre de l’époque Super Tramp, médaillé de bronze l’année précédente ! Leur association n’a duré qu’à peine 1 an, mais que de victoires accumulées ! C’est alors que Daisy Brown fut une nouvelle fois vendue…  Elle partit chez Joyce Noppen et si les débuts furent compliqués, le couple engrangea par la suite beaucoup de victoires et mit à son actif le championnat national NKB (notre championnat As Excellence). Ensuite, Daisy Brown prit la route de la Finlande et alimenta le piquet de poneys de Tuuli Taskinen. La grisette fut du reste double championne de Finlande, mais loupa l’échéance majeure, les championnats d’Europe. A la fin de sa carrière sportive, Daisy Brown s’installa en Belgique au haras de Zangersheide, chez les Melchior, pour y être montée par la fille d’Alex Korompis, Karen. Le couple a accumulé pas mal de victoires et la crack fut définitivement arrêtée pour cause de blessure fin 1991.
 
Une carrière à l’élevage s’annonçait. Sandra Nieuwendijk l’acheta. Elle confia aussi qu’il n’était pas improbable que Daisy Brown eût un ou deux poulains durant sa jeunesse. Elle voulut la confier à l’étalon Prins Abdullah Nomar, mais elle resta vide.  Wim Versteeg (qui deviendra président du Stud-Book NRPS) acheta la jument et essaya de la remplir en 1993 avec l’étalon Arabe Krimh. Cette fois, ce fut la bonne : en 1994, naissait un chic poulain alezan dont le nom signifie « avoir de la chance ». Il s’agissait de Kanshebber ! Celui-ci fut vendu à Ina Majoor qui avait pour objectif de le présenter au concours étalon, puis fut acquis en copropriété par Carla et Paul van de Laar de l’élevage Orchid’s. On connait la suite : Kanshebber, classé en CSIP, est devenu l’un des meilleurs étalons d’Europe et compte chaque année un ou plusieurs produits aux championnats d’Europe et une multitude sur le circuit FEI. 
L'étalon Kwalitet, fils de Kanshebber et de sa soeur utérine Simply The Best - ph. coll. vd Laar
L’étalon Kwalitet, fils de Kanshebber et de sa soeur utérine Simply The Best – ph. coll. vd Laar

Puis, en 1996, est née Simply The Best, une femelle par l’étalon Ismar. Et lorsque Kanshebber fut approuvé, Wim Versteeg décida d’accoupler Simply The Best, alors âgée de 2 ans, à son frère utérin Kanshebber ! Ce poulain fut nommé Kwalitet (photo ci-dessus). Il fut lui aussi vendu à Ina Majoor et approuvé étalon.

Daisy Brown a légué ce modèle que l'on retrouve souvent chez les produits de son fils Kanshebber - ph. coll. vd Laar
Daisy Brown a légué ce modèle que l’on retrouve souvent chez les produits de son fils Kanshebber – ph. coll. vd Laar
Kanshebber a régulièrement légué à ses produits un dos un peu long et une encolure « à l’envers ». Daisy Brown était comme cela au modèle, loin d’être une gravure de mode… mais elle se rattrapait sur tout le reste.
Cette grande championne montrait beaucoup d’énergie, l’influx des champions qui veulent aller de l’autre côté de la barre. Daisy Brown a obtenu 4 labels délivrés par le Stud-Book du Nrps (KEUR. PREF. PREST. SPORT) et s’en est allée à plus de 35 ans…
Vous avez aimé cet article ? Dites le !
Facebook