CDIP de Compiègne : l’Allemagne mène la danse

Si le CDIOP de Saumur a, cette année encore, fait les frais de la pandémie de coronavirus, par-dessus laquelle s’est ajoutée celle de rhinopneumonie équine, le CDIP de Compiègne a pu lui se maintenir, moyennant un huis clos et des protocoles stricts. Plusieurs nations ont fait le déplacement, dont notamment l’équipe championne d’Europe en titre : l’Allemagne. Nos tricolores sont bien évidemment aussi présents à domicile. Après la visite vétérinaire d’hier, les hostilités ont débuté ce matin par la reprise Equipe ; retour sur une belle matinée de sport.

L’Allemande Julie Sofie Schmitz-Heinen et Carleo Go - ph. Marine Delie
L’Allemande Julie Sofie Schmitz-Heinen et Carleo Go – ph. Marine Delie

Le tir groupé d’allemandes annonçait-il déjà leur domination ? Peut-être un coup du hasard, mais voyez plutôt : toutes sont dans la première moitié de l’épreuve, et elles occupent la moitié du top 10 ! L’équipe de la Manschafft a déroulé des prestations globalement homogènes et propres, la plupart du temps au-dessus de la barre symbolique des 70%. La palme du jour revient à Julie Sofie Schmitz-Heinen, en selle sur Carleo Go (74.714%). Le poney est l’un des meilleurs de sa génération (3e du championnat allemand de dressage à 5 ans) et la cavalière est bien installée aux commandes. Le travail est fait et très bien fait, avec beaucoup d’application et de précision. Elle devance sa compatriote Antonia Roth et le superbe Daily Pleasure WE (74.619%, qui perd sans doute la tête pour quelques imprécisions malgré un ensemble très agréable à regarder).

L’Allemande Antonia Roth et Daily Pleasure WE - ph. Marine Delie
L’Allemande Antonia Roth et Daily Pleasure WE – ph. Marine Delie

Le podium est complété par la belge Liesel Everars, notée à 73.238% avec son complice FS Capelli de Niro. Le couple, déjà présent aux championnats d’Europe 2020 où l’équipe belge avait fait très bonne impression, confirme ici sa présence parmi les couples à suivre après de bons scores aux CDIP du Mans et d’Opglabeek.

La belge Liesel Everars et FS Capelli de Niro – ph. Marine Delie
La belge Liesel Everars et FS Capelli de Niro – ph. Marine Delie

A noter également les bons résultats individuels des cavalières suisses Robynne Graf et Layla Schmid, qui se placent respectivement au rang 4 et 5. La première, en selle sur son fidèle Dallas 51 et passée parmi les premières, avait rapidement donné le ton avec une belle reprise notée à 72.429%. Layla quant à elle, toujours associée à Ashen Dew Drop, confirme ses bons scores avec la ponette, puisqu’elle déroule une nouvelle reprise au-dessus des 71% (71.476% précisément).
Les poneys stars DSP De Long et Colourfull Cannonball, respectivement pilotés par Marlene Maria Binder (Ger) et Florentina Jöbstl (Aut), se placent aux rangs 6 et 7 pour des reprises propres mais pas sans fautes. Les deux allemandes Maleen Kohnle (Dabia Dior) et Lana Pinou Baumgürtel (qui tourne aujourd’hui avec l’ancien poney de sa sœur, le triple champion d’Europe Zinq Nadasq FH) se trouvent aujourd’hui aux rangs 8 et 9 en dépassant les 70%.

Blanche Carre Pistolet et Dazzling Kid d’Herbord - ph. Marine Delie
Blanche Carre Pistolet et Dazzling Kid d’Herbord – ph. Marine Delie

Et quid de nos françaises ? Il faut aller les chercher dans la seconde moitié de tableau, même si les prestations délivrées aujourd’hui laissent espérer de bonnes choses pour la suite.
La meilleure performance française du jour est à mettre à l’actif du couple européen Blanche Carre Pistolet et Dazzling Kid d’Herbord, avec une reprise très correcte notée en 67.428% (17e). Quelques erreurs sont à noter, comme par exemple un départ au galop dans le premier allongement au trot, des pirouettes au pas perfectibles, et surtout un reculer qui se termine dans la lice, provoquant un flottement dans le départ au galop. La fin de la reprise est cependant très agréable à regarder, avec des changements de pied ferme à ferme qui sont bien passés notamment. Comment le couple est arrivé en forme au bon moment ? Blanche explique son travail de fond : « Vu qu’on ne savait pas trop quand les concours allaient reprendre, on essayait surtout de le garder bien en forme. J’ai surtout travaillé avec une sophrologue, ça m’a beaucoup aidé, une fois toutes les deux semaines avant les grandes échéances ». Avec Dazzling, « on a perfectionné les mouvements qui allaient plutôt bien et travailler ceux qui n’allaient pas, comme par exemple les pirouettes ». Preuve que le travail paie : le contrat est aujourd’hui rempli pour la jeune cavalière, notamment sur les ferme à ferme. La cavalière nous confiait également en sortie de piste que « c’était pas mal, à part sur le reculer ; j’aurais dû plus garder ma jambe extérieure. Et sinon ça va, je fais une petite faute de rythme au trot mais c’est réglable, et j’ai rempli le contrat fixé avec Muriel au galop ».

Suzanne Camus et Oscar - ph. Marine Delie
Suzanne Camus et Oscar – ph. Marine Delie

Pour un premier concours avec Oscar, qui plus est un premier international, Suzanne Camus n’a pas du tout démérité et sort en 64.953%, soit la 24e place. Après une entrée hésitante, un départ au galop dans l’allongement au trot, des pirouettes au pas là aussi pas au goût des juges, une fois le couple lancé l’ensemble est tout à fait correct et satisfait la sélectionneuse Muriel Leonardi. Pour ceux qui ne la connaîtraient pas, la jeune cavalière de 15 ans a rencontré Oscar grâce à un stage fédéral, par l’intermédiaire de Muriel Leonardi. Ce dernier est arrivé chez elle en novembre, le couple a donc peu tourné vu l’absence de concours. Compiègne marque donc leur grande première : premier Grand Prix pour les deux, premier international… Le couple s’était déplacé à l’international du Mans en février sans concourir, mais pour travailler avec la sélectionneuse nationale, en plus des stages fédéraux de décembre et mai. La cavalière témoigne après son passage. « C’était un peu compliqué, il y avait beaucoup de boulot, et au final ce n’était pas plus mal qu’il n’y ait pas eu de concours tout de suite parce qu’on a pu vraiment se préparer » confie la jeune fille. « Pour une première c’était bien. C’est un poney qu’on a un peu de mal à tendre donc les fautes, typiquement dans le trot moyen, c’est le problème. Il était plus tendu sur le rectangle, mais j’ai quand même réussi à le monter et au final ça sort plutôt pas mal. J’étais stressée mais je suis contente ! », poursuit-elle.

Stella Briand et Under Cover Fast - ph. Marine Delie
Stella Briand et Under Cover Fast – ph. Marine Delie

Concours de découverte également pour Stella Briand et Under Cover Fast, avec une reprise notée en 64.143% et un 26e rang, qui laisse entrevoir de bonnes pistes de progression. La jeune cavalière, déjà médaillée en dressage au niveau Children, et le poney expérimenté, devraient bientôt être un atout pour l’équipe de France. Cette première reprise ensemble a été montée avec des rênes un peu longues, avec par conséquent un manque de rassemblement, mais nul doute que le couple saura corriger ça dès ce week-end. La cavalière nous explique tout cela à l’issue de sa reprise : « avec toutes ces pandémies nous ne sommes pas beaucoup sortis, mais ça permet de travailler à la maison, revoir les bases et bien former le couple. J’ai récupéré Under il n’y a pas si longtemps que ça. Ça c’est fait rapidement, je connaissais déjà Cassandra (ancienne cavalière de Under Cover, mais toujours propriétaire, ndlr), je cherchais une monture en dressage soit en Junior soit en poney, puisque je suis déjà bien équipée en tant que cavalière d’obstacle. On a contacté Cassandra et ça c’est fait. Aujourd’hui on se découvre, la reprise en soi était intéressante : on voit ce qu’il faut retravailler, les choses déjà acquises, … ça permet d’avoir un retour ».

Valentine Bineau et sa nouvelle recrue Brouwershaven Uthopia II - ph. Marine Delie
Valentine Bineau et sa nouvelle recrue Brouwershaven Uthopia II – ph. Marine Delie

Enfin, Valentine Bineau et sa nouvelle recrue Brouwershaven Uthopia II, qui avait participé aux championnats d’Europe 2020 sous selle néerlandaise, ont eux aussi fait leurs premiers pas ensemble en compétition. Si la reprise est notée en 62.429% (le couple tape lui aussi dans la lice sur le reculer par exemple) pour la 28e place, la cavalière est néanmoins satisfaite du poney, qui s’est très bien comporté, même s’il reste du travail et des réglages. « C’est une bonne prise d’expérience » conclut-elle.

Les différents couples n’ont donc pas dit leur dernier mot … rendez-vous demain pour la reprise individuelle !

Sur place, Marine Delie

Vous avez aimé cet article ? Dites le !
Facebook