CDIP de Compiègne : Julie Sofie Schmitz-Heinen et Carleo Go confirment

Deuxième jour de sport au CDIP de Compiègne, jour de la reprise individuelle pour nos jeunes cavaliers à poney. Lors de cette après-midi chaude et ensoleillée, une question se posait : la domination allemande entamée hier allait-elle se poursuivre ?

L’Allemande Julie Sofie Schmitz-Heinen et Carleo Go - ph. Marine Delie
Comme hier, l’Allemande Julie Sofie Schmitz-Heinen et Carleo Go remportent la mise – ph. Marine Delie

La réponse est un grand oui : elle se poursuit, se confirme, et se renforce ! Le classement parle de lui-même : les cavalières germaniques occupent à elles toutes seules le podium, et toutes sont dans le top 10.
Une fois n’est pas coutume, la palme revient à la gagnante d’hier : Julie Sofie Schmitz Heinen, toujours associée au très chic Carleo Go, améliorant même son score, montant aujourd’hui à 75,361%. Le couple, déjà médaillé il y a quelques semaines lors du championnat allemand, confirme qu’il va falloir compter sur lui pour la suite de la saison. Quasiment rien n’est laissé au hasard, sauf si l’on veut chercher la petite bête dans une légère faute de rythme lors d’un passage au contre-galop dans la serpentine. La jeune cavalière a même pu se permettre d’assurer sa dernière ligne et son salut final.

Maleen Kohnle et Dabia Dior - ph. Poney As
Maleen Kohnle et Dabia Dior – ph. Poney As

Sa compatriote Maleen Kohnle la suit à la deuxième place, avec la jolie note de 74.730% obtenue grâce à la complicité de Dabia Dior. Le couple se classait 8e hier en dépassant de peu les 70% : les quelques erreurs ont été rectifiées pour aujourd’hui et c’est une reprise bien plus propre qui a été présentée.
Cette belle performance relègue sur la dernière marche du podium Antonia Roth, déjà deuxième hier. En selle sur son splendide Daily Pleasure WE, elle obtient quasiment la même note qu’hier : 74.504%. Si sur la reprise individuelle des imprécisions lui ont probablement coûté la victoire, aujourd’hui une faute très nette est à noter sur les quelques foulées de contre-galop précédant le doublé final. Ceci explique sûrement le pourcentage de différence avec Julie, d’autant plus que certaines imperfections ne sont pas réglées (l’arrêt final notamment est après la lettre, la cavalière ayant surement été déstabilisée par son erreur quelques secondes auparavant).

L’Allemande Antonia Roth et Daily Pleasure WE - ph. Marine Delie
L’Allemande Antonia Roth et Daily Pleasure WE – ph. Marine Delie

La première cavalière étrangère à s’intercaler au milieu de cette razzia allemande est Florentina Jöbstl, présentant Colourfull Cannonball pour l’Autriche, et sortant aujourd’hui à 73.018%. Si quelques imprécisions dans les transitions sont à noter, avec un poney assez tendu, l’ensemble est très agréable à regarder.
La Mannschaft n’est cependant pas bien loin, avec Marlene Maria Binder et DSP De Long qui se classent à la cinquième place (72.523%). Déjà sixième hier avec presque 72%, la cavalière fait preuve d’une belle régularité ! Elle a échangé son rang avec Layla Schmid, courant pour la Suisse avec sa ponette Ashen Dew Drop, sixième aujourd’hui en 71.757%. Robynne Graf, autre cavalière helvétique, en selle sur son chic Dallas 51, sort aujourd’hui en dessous de ses scores habituels (9e en 69.865%). S’intercalent entre elles Liezel Everars (FS Capelli de Niro, 3e hier mais qui n’a pas réussi à rééditer l’exploit aujourd’hui, 71.396%) et Mia Allegra Lohe (pour… l’Allemagne) avec Tovdals Golden Future Imperial (71.126%, redressant la barre après une entrée en matière plus compliquée hier).

Blanche Carre Pistolet et Dazzling Kid d’Herbord - ph. Marine Delie
Blanche Carre Pistolet et Dazzling Kid d’Herbord – ph. Marine Delie

Pas de gros classement de la part de nos cavaliers tricolores donc, qui n’ont pourtant pas démérité.
Blanche Carre Pistollet tout d’abord, la plus expérimentée des françaises présentes, toujours en selle sur le tout bon Dazzling Kid d’Herbord (champion de France des 6 ans en 2019). Après une première reprise satisfaisante hier (67.428%), la jeune cavalière réédite aujourd’hui avec une nouvelle reprise propre, notée en 67.162% pour une 17e place. Si la pirouette au pas reste le gros problème, l’ensemble a été agréable à regarder. Les problèmes sur les changements de pied ferme à ferme semblent régler (même avec la malchance d’avoir le tracteur juste à ce côté à ce moment-là), et les derniers allongements sont ambitieux. De quoi satisfaire l’entourage de Blanche et la sélectionneuse Muriel Leonardi. La cavalière nous raconte après son passage : « Le poney s’est très bien comporté les deux jours, il a été très à l’écoute, très réceptif à ce que je lui demandais. Je suis plutôt contente de mes deux reprises : je fais 2% de plus que la dernière fois. La sélectionneuse est plutôt contente elle aussi. On a travaillé un jour avant avec elle, pour axer sur ce qu’elle voulait voir et ça a été respecté, surtout sur le travail des ferme à ferme. Les demies-pirouettes ne sont pas très bien passées mais on le savait déjà, j’aurais dû un peu plus la monter, c’est un peu de ma faute. J’ai eu un peu de mal aujourd’hui car j’ai perdu ma rêne gauche au moment de remonter sur mes rênes après l’allongement au pas, je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Mais après ça va, le poney s’est bien comporté, avant il aurait pu partir à faux ou avoir peur. Même pour le tracteur ! Et après très bien, il y a eu moins de fautes de rythme au trot moyen qu’hier, il a été beaucoup plus stable dans l’attitude. Les juges me reprochent que j’aille encore un peu trop vite au trot, pas assez rassemblé, et le galop est bien. Je suis plutôt contente de ce week-end, même si je ne vais pas à la libre, on a quand même eu une belle progression ».

Suzanne Camus et Oscar - ph. Marine Delie
Suzanne Camus et Oscar – ph. Marine Delie

La deuxième française est Suzanne Camus, 22e en 64.410% avec son complice Oscar. Une note dans le même ordre de grandeur que celle de la veille, avec quelques imperfections, fautes de rythme, et surtout une grosse imprécision sur la fin de la reprise qui empêche la jeune cavalière de demander correctement sa ligne finale au trot allongé. La déception était grande pour Suzanne en sortie de piste, mais il n’empêche que le début de reprise était rempli de points positifs, ce que n’a pas manqué de lui faire remarquer la sélectionneuse Muriel Leonardi.

Stella Briand et Under Cover Fast - ph. Marine Delie
Stella Briand et Under Cover Fast – ph. Marine Delie

Juste avant Blanche passaient Stella Briand et Under Cover Fast, routiné sur ces épreuves avec Charlotte Pallas et Cassandra Rouxel. Les leçons d’hier ont déjà été en partie tirées : la jeune fille est entrée très déterminée sur le carré, même si se fut insuffisant pour éviter des fautes (un départ au galop à faux, le poney manque de trottiner dans l’allongement au pas) et quelques imprécisions. Le couple sort aujourd’hui à la 25e place avec la note de 64.144%. Gageons que c’est annonciateur de choses prometteuses, après un mois et demi de travail et pour leur premier concours ensemble.

Valentine Bineau et Brouwershaven Uthopia II - ph. Marine Delie
Valentine Bineau et Brouwershaven Uthopia II – ph. Marine Delie

Enfin, reprise un peu plus compliquée pour Valentine Bineau et Brouwershaven Uthopia II, qui ne purent faire mieux que la 27e place avec 61.802%. Alors que la reprise d’hier était globalement propre, celle d’aujourd’hui fut émaillée de quelques fautes nettes (dans la serpentine au galop avec un changement de pied par exemple), avec un poney très stressé. Là aussi, c’était la première fois que le couple déroulait cette reprise en concours… c’est le métier qui rentre !

Au vu de ces résultats, aucune cavalière française n’est autorisée à repartir dans la Reprise Libre en Musique de demain matin. Seuls les 15 meilleurs couples pourront s’élancer, et si aux championnats d’Europe la règle des trois couples maximum par nation permet souvent à un ou deux français de s’élancer, elle ne fonctionne pas ici. L’Allemagne et la Belgique seront donc très représentées demain, accompagnées par quelques suisses, néerlandaises et l’autrichienne Florentina Jöbstl. Allons-nous vers la consécration finale des redoutables allemandes, couronnant un week-end quasi parfait ?

Sur place, Marine Delie

Vous avez aimé cet article ? Dites le !
Facebook