Un peu d’histoire : Claude Guerlain, éleveur précurseur de poneys New Forest

Le célèbre Haras de Pur-Sang de Montaigu, situé entre le Haras du Pin et Nonant-le-Pin, a vu naitre dans les années 70 des poneys New Forest issus de reproducteurs importés d’Angleterre. Les étalons Cheriton Mr Fluff IV et Cheriton Rett Butler ou encore les poulinières Staplecross Morning Glory, Foulford Jedda Of Rockfor et Fée ont passé une partie de leur vie ici, dans la propriété de Claude Guerlain.
Le Haras de la Reboursière de la famille Guerlain - ph. coll. Guerlain
Le Haras de la Reboursière de la famille Guerlain – ph. coll. Guerlain
Il faut remonter près de 50 ans en arrière pour retracer les débuts de l’élevage de poneys New Forest de Claude Guerlain, descendant de Pierre François Guerlain, parfumeur et fondateur en 1828 de la maison éponyme. Le fils de Pierre François, Gabriel, a créé en 1903 le Haras de Montaigu à Nonant-le-Pin (61), repris ensuite de génération en génération. L’élevage de Pur-Sang va se développer et s’implantera parmi les grands noms. C’est en 1942 que son petit-fils, Claude, terrien de vocation, prendra la succession, élevant notamment la jument Rescousse, gagnante du Prix de Diane et terminant deuxième de l’Arc de Triomphe. Claude Guerlain passa les rênes de la propriété à sa fille Aliette Forien, à l’origine du développement de la structure.
Comment et pourquoi cet éleveur de Pur-Sang s’est-il lancé dans l’élevage de New Forest ? Enfant à l’époque, Madame Forien a côtoyé les poneys de très. Nous avons pu échanger avec la dirigeante du haras comptant 150 chevaux et près de 75 naissances par an. Ancienne cavalière de Jumping performante jusqu’en classe A, Madame Forien a également fait naitre des chevaux de selle et notamment le petit étalon Laudator SL (Narcos II), champion de France des 6 ans en Hunter avec Guillaume Blin-Lebreton, monté ensuite par Max Thirouin. Elle a aussi confié au champion olympique Astier Nicolas son cheval Alertamalib’Or, sacré champion du Monde des chevaux de 7 ans en concours Complet.
 

Un voyage dans le New Forest et le début d’un élevage

A la fin des années 60, Claude Guerlain et son épouse se sont rendus en Angleterre pour voir des Pur-Sang et ils se sont arrêtés dans la région du New Forest. « Ici, ils ont pu observer des poneys en liberté et ont discuté avec des éleveurs très chaleureux », se remémore Aliette Forien. Enthousiasmé par ces poneys, qu’il ne connaissait pas, Claude Guerlain décide alors d’en ramener chez lui, « non pas pour gagner de l’argent, mais pour se faire plaisir. C’était avant tout un loisir. Ils y sont retournés plusieurs années de suite et se baladaient partout dans divers élevages et choisissaient leurs poneys. Certains étaient dans des élevages fermés, mais beaucoup étaient sauvages, en liberté totale dans la forêt. J’y suis d’ailleurs allée une fois et j’en garde un très bon souvenir ».
L'éleveur Claude Guerlain - ph. coll. privée
L’éleveur Claude Guerlain – ph. coll. privée

Claude Guerlain fait alors de belles rencontres avec des éleveurs d’outre-manche, dont Madame Corbett, une charmante dame qui a élevé les étalons Cheriton Mr Fluff IV et Cheriton Rett Butler. Ils sont restés en contact et correspondaient régulièrement.

« L’activité au haras de Montaigu était importante et mon père, qui élevait aussi des bovins, en avait à ce moment-là un petit peu moins. Les poneys occupaient les herbages dont on ne se servait pas pour les Pur-Sang. Nous étions 6 filles et nous nous amusions beaucoup avec eux. Peu montaient à cheval, c’était surtout moi, mais je me rappelle qu’on allait les chercher et que je partais en balade. Mon père était attaché à ses poneys ». L’élevage de New Forest était donc un loisir, sa fille remarquant qu’il ne l’avait pas conduit d’une manière très « scientifique » comparé à ses Pur-Sang.
Rappelons que les éleveurs de l’époque n’ajoutaient pas systématiquement leur affixe et que les résultats en compétition (incomparables à celles d’aujourd’hui), non officielles pour la plupart, n’étaient pas encore informatisés.
Claude Guerlain a donc importé les étalons Cheriton Mr Fluff IV et Cheriton Rett Butler, ainsi que quelques poulinières telles que Staplecross Morning Glory et Foulford Jedda Of Rockfor qui ont bien marqué l’élevage familial. « Ils ont dû avoir une dizaine de poulinières au maximum en activité et entre 15 et 20 poneys à la maison. Il me semble que Morning Glory a été la première poulinière importée. C’était une très belle jument, très chic avec une magnifique tête. Je me suis un petit peu occupée d’elle. Je montais beaucoup à cheval et j’en ai débourré quelques-uns. Chez nous, les poneys New Forest poulinaient dehors dans les herbages, ce n’était pas du tout le même mode d’élevage qu’avec nos Pur-Sang. Nous les vendions à ce moment-là très bien, les gens commençaient à s’intéresser à cette race et nous avions pas mal de demandes. Les poulains partaient au sevrage, achetés par des éleveurs le plus souvent et d’autres pouvaient être vendus débourrés, mais nous ne les avons jamais valorisés, ni sortis en compétition », complète Madame Forien.
45e, Victoria Dagicour & Moonlight Berenger (25+8+np) - ph. Pauline Bernuchon
L’étalon Pfs Moonlight Berenger, champion de France D1 Elite de CSO monté par Yann Chartier Capitaine, est un fils d’Alysée du Saussey qui a pour père de mère Cheriton Mr Fluff IV. Ondine du Hameau, sa deuxième mère, a également produit le poney de Grand Prix Daylight Dusaussey. Sur la photo, il évolue sous la selle de Victoria Dagicour – ph. Poney As

Cheriton Rett Butler et Cheriton Mr Fluff IV

« Rett Butler était un beau poney bai brun, avec une très belle tête, très racé, doté d’un caractère formidable. Lorsque nous avons arrêté les poneys, nous l’avons vendu me semble-t-il à un éleveur Sarthois, il en était très content et l’a encore gardé quelques années. Je le revois encore très bien dans ma tête : magnifique, avec beaucoup de force et une très belle tête de mâle. Il avait un caractère en or. Nous l’avons débourré très facilement et nous le montions en balade pour nous amuser ».
En France, Cheriton Rett Butler (par Denny Danny et Cheriton Scarlett O’Hara par Knightwood Palamino) compte pas loin de 200 produits dont plusieurs étalons à l’instar de Red Glory Delareboursiere, Fox Trot Reperoux, Popcorn de la Reboursiere et Hors la Loi, tous les trois nés chez Claude Guerlain et issus de sa Morning Glory, ainsi que Gavroche de la Noue, né chez la comtesse de Clermont, la sœur de Claude Guerlain. « Ma tante lui a demandé de lui importer quelques poneys New Forest et a débuté un petit élevage sous l’affixe de la Noue, avec 3 ou 4 poulinières. Elle aussi a été conquise par cette race. Elle a produit à petit échelle, puis l’élevage s’est éteint ». Gavroche de la Noue (par Red Star, souche qui est à l’origine de plusieurs bons sportifs bien indicés et Luckington Leader) a produit des étalons et des performers à l’instar d’Espoir d’Entrammes (IPO 140, IPC 128), Pluton (IPC 142), Buck (IPO 132), Diabolo de Russe (IPC 143, IPO 129), Ecrin de Huniere (IPO 141, IPC 125), Hardy de Balitho (IPC 145, IPO 142)… Cheriton Rett Butler a aussi donné de nombreuses poulinières dont Foulford Jedda Of Rockfor, la mère de la célèbre matrone Fée qui deviendra l’une des plus célèbres poulinières du Stud-Book New Forest.

Le New Forest Tabou IV illustre parfaitement ces origines. Son père est Cheriton Mr.Fluff IV et sa mère la célèbre Fée par Cheriton Rett Butler. Sous la selle d’Aurore Portier, il a remporté plusieurs Grand Prix de CSO au milieu des années 90. Il était avant monté par Damien Ducroux – ph. coll. privée
Le New Forest Tabou IV illustre parfaitement ces origines. Son père est Cheriton Mr.Fluff IV et sa mère la célèbre Fée par Cheriton Rett Butler. Sous la selle d’Aurore Portier, il a remporté plusieurs Grand Prix de CSO au milieu des années 90. Il était auparavant monté par Damien Ducroux – ph. coll. privée

Cela nous amène rapidement à Cheriton Mr.Fluff IV (par la poulinière Cheriton Fluff II, issue de Cheriton Viking). Fils du célèbre Burton Starlight (plusieurs fois primé, exporté en Suède en 1970), issu de la lignée Goodenough, il est le père de 66 produits inscrits en France dont plusieurs étalons, mais aussi de Sagittaire, pilier de l’équipe de France de Dressage, sélectionné pour les championnats d’Europe à la fin des années 90 (IPD 144, IDR 133), l’excellent Tabou IV, l’un des chefs de fils du circuit Grand Prix de CSO des années 90 et Diableur III (IPO 144, IPD 131). Parmi ses filles, il y a Acrobatie, une New Forest à l’origine de 3 étalons – dont Naxos Domain (IPO 130) et Peps Domain SL – ayant pour mère, Nettie, une fille de Red Glory Delareboursiere, soit l’affixe de Claude Guerlain, qu’il n’a pas apposé au nom de tous ses poneys.

 

La bonne Fée du Haras de La Reboursière

Parmi les produits nés chez Monsieur Guerlain, une poulinière retient toute l’attention. Il s’agit de Fée (par Cheriton Rett Butler et Foulford Jedda of Rockfor par Goodenough), née en 1972. Jeune, elle fut achetée par Xavier Ribard, éleveur d’un bon nombre de chevaux de selle et d’étalons, connu aussi pour avoir vendu la légende Cor de la Bryère aux allemands. 
Icare du pressoir - ph. Pauline Bernuchon
Icare du pressoir a bien figuré en Grand Prix de CCE et a été sélectionné pour les championnats d’Europe – ph. Poney As

Fée a donné pour son compte 17 produits dont 15 avec Cheriton Mr.Fluff IV ! On note les étalons Mario, Obelisque et Asterix (classé jusqu’à très bon niveau dans la discipline du CCE, IPC 128, ICC 124, père de la ponette de Grand Prix de CSO Golden du Pressoir et d’Icare du Pressoir, classé aux championnats d’Europe de CCE), les sportifs Diableur III et Tabou IV, ainsi que les poulinières Qouette (mère du très bon sauteur Illoway Cheriton Fast, petit étalon performer en D1 Elite, champion de France C1 Elite, indicé 162 en saut d’obstacles), Komette (mère de Titou, IPO 141, Cricket III, IPO 146), Nicotine III (deuxième mère de Mac Guily de Bordes, IPO 148), Escampette (mère de Careless Whisper Fast, IPC 135)…

 « L’histoire avec les poneys s’est arrêtée au milieu des années 80 lorsque j’ai repris la propriété. Nous avions déjà beaucoup moins de naissances de New Forest. Il fallait investir dans le haras et faire des choix. J’ai décidé d’y mettre fin et de m’occuper exclusivement des Pur-Sang ». L’élevage de poneys New Forest de Claude Guerlain a duré une bonne quinzaine d’années. Entre les importations et les naissances, il est indéniablement à l’origine de bons reproducteurs et de sportifs intéressants.
 
Article publié dans le dernier Bulletin New Forest
Vous avez aimé cet article ? Dites le !
Facebook