Covid-19 : Une formidable chaîne de solidarité est en train de voir le jour

Organiser des stages dont les bénéfices serviront à financer des livraisons de paille et de foin aux centres équestres et poney-clubs en grande difficulté : l’idée a germé dans la tête du champion olympique Philippe Rozier et a fait écho auprès de ses confrères cavaliers de l’équipe de France. Une chaîne de solidarité est en train de voir le jour.
 

Il est urgent d’agir

Contraintes à fermer leur porte au public depuis le 15 mars, ne pouvant plus délivrer de cours d’enseignements et de stages, les structures équestres subissent de plein fouet la crise économique liée au Covid-19. Alors que l’activité est en total arrêt, leurs charges – notamment d’entretien et de nourriture de leurs équidés – restent très importantes. Si certaines d’entre elles ont pu trouver des prés pour leurs chevaux et poneys, limitant ainsi un peu ces coûts temporairement, d’autres situées en zone urbaine ne peuvent bénéficier de ce plan B. Face à la situation extrêmement grave, les cris d’alarme se font écho de toutes parts. 
Philippe Rozier - ph. coll. privée
Le champion olympique par équipe Philippe Rozier est à l’origine d’une formidable idée – ph. coll. privée

Rozier lance une idée et celle-ci fait boule de neige

Le 18 avril, le champion olympique Philippe Rozier a lancé sur ces réseaux une idée, qui a depuis fait un bon bout de chemin : organiser des stages « solidarité » lorsque la situation sanitaire le permettra et reverser l’intégralité des bénéfices pour financer des livraisons de fourrage et de nourriture, et ainsi venir en aide aux structures en détresse. Dans la foulée, Roger-Yves Bost, son coéquipier de la médaille d’or de Rio, a apporté son soutien et tous deux vont constituer un programme de journées de stage en association avec le CRE d’Ile-de-France. Philippe Rozier, par le biais de petites vidéos, explique le fond de sa pensée : « je veux vraiment que l’on se mobilise pour les aider et s’assurer du bien-être des chevaux et poneys. Je ne doute pas que d’autres de mes amis cavaliers me suivront dans cette initiative ». L’idée est d’animer « une journée de stage dans des clubs d’Ile-de-France rassemblant dix cavaliers le matin et dix autres l’après-midi, dès que les autorités le permettront. Le tarif minimum sera de 100 € par couple et ceux qui souhaiteront donner plus le pourront ». A la suite du message de Philippe Rozier, Marc Dilasser a immédiatement pris le relai. Il précise : « les stages solidarité sont une nécessité pour venir en aide aux centres équestres de toutes les régions françaises ». Plus encore, pour accélérer les choses (personne ne sait encore quand les rassemblements seront possibles), le cavalier a pris la belle initiative de contacter une galerie d’art contemporain (La Navire, en Bretagne) et celle-ci a répondu présente en proposant une œuvre à la vente. Grâce à la somme récoltée ainsi qu’à la générosité de son partenaire d’aliments Krafft France, environ 4 tonnes de granulés seront remises au CDE de l’Orne qui se chargera de la redistribution vers les centres en difficulté. De son côté, Pénélope Leprévost, membre elle aussi du quatuor olympique, est intervenue hier en indiquant sur ses réseaux sociaux : « parce-que les clubs sont à l’origine de nombreuses vocations de cavaliers, de belles histoires et que la cause animale sera toujours ma raison d’être. J’apporte aujourd’hui mon soutien aux structures équestres en difficulté et leur fait don de l’équivalent de 50 tonnes de foin pour les aider à couvrir les besoins de leurs protégés ».
 

Une chaine de solidarité se forme

Philippe Rozier a reçu le soutien de Sophie Dubourg. La Directrice Technique National de la FFE lui a indiqué son souhait d’étendre ce projet de stage à au moins 2 cavaliers professionnels par région. Cheval TV devrait s’impliquer aussi en filmant et retransmettant sur le web les séances de travail de Philippe Rozier et Bosty. La radio RTL via son animateur Julien Courbet (cavalier de concours amateur) a fait part d’un don de 10000 €. Le comédien, réalisateur et cavalier Guillaume Canet, toujours très engagé, entre lui aussi dans ce mouvement tout comme des individualités et des entreprises prêtes à apporter leur aide.
Ce n’est que le début…
 
L’aide initiée par des individualités s’unissant pour une même cause qui leur sont précieuses est souvent bien plus efficace et concrète à très court terme pour celles et ceux qui en bénéfice. N’hésitez pas à suivre toutes les informations de ce mouvement de solidarité sur les réseaux sociaux des grands cavaliers et demander par la suite plus de renseignements à vos comité départementaux ou régionaux d’équitation si vous souhaitez vous engager dans cette magnifique démarche de solidarité en participant à un stage.
Vous avez aimé cet article ? Dites le !
Facebook
Pinterest