Finales SHF de Hunter – Amélie Berthault : cavalière et propriétaire de deux champions de France

Huit poneys ont pris le départ des finales du Cycle Classique de Hunter organisées lors de la Grande Semaine de Fontainebleau. Helice of Noub, Gatsby de la Selune et Flashback Bélébat remportent le titre dans leur catégorie d’âge.

La finale des 4 ans a réussi à Helice of Noub, née aux Ecuries du Pont Guern et associée à Julia Raynaud. En lice face à son unique concurrent Humex de Marescot (Pfs, Koffy du Boisdelanoue x Ulyse de la Gaule), elle obtient un total championnat de 14,79 (14,51+15,07) et la mention Très Bon. Helice est inscrite au stud-book du Poney Français de Selle et est une fille de l’étalon B Very Star Kerveyer (champion des 4 et 6 ans B, médaillé de bronze et d’or aux championnats de France Poney Elite B de CSO, également très bien classé parmi les pères des poneys des finales SHF de CSO du Sologn’Pony) et de la Selle Français Nouba du Donjon (par Qredo de Paulstra) issue de la souche d’Une Tornade (d’où plusieurs chevaux bien indicés en CSO et CCE).

Helice of Noub est sacrée championne des 4 ans sous la selle de la jeune Julia Raynaud - ph. PSV
Helice of Noub est sacrée championne des 4 ans sous la selle de la jeune Julia Raynaud – ph. PSV

Du côté des 5 ans, Gatsby de la Selune, également qualifié pour la finale de saut d’obstacles, remporte la mise sous la selle de sa propriétaire Amélie Berthault. Seul finaliste gratifié d’une mention (Excellent) grâce à sa moyenne de 15,26 (14,63+15,88), il devance Guiness du Verdon (Pfs, Quabar des Monceaux x Cyrano Pondi, Co), classée 8e (Elite) de la finale des 5 ans D de CSO – également montée par Amélie Berthault – et Granite des Jonchets (Oc, Double d’Elle, Sf).
Gatsby de la Selune, né chez Vincent Mandron, est le fruit du croisement entre l’excellent Neicop d’Argent (par l’Anglo-Arabe Osier du Maury) et Luby de la Seulles (Tarig des Chouans, Wd). Il s’agit donc d’un frère utérin de Babelle (IPO 141) et Chikita (IPO 126) également nés sous l’affixe de la Selune. Le champion des 5 ans fait également référence à la poulinière Ida (sa quatrième mère). De cette souche ressortent plusieurs bons gagnants dont quelques-uns sortis à haut niveau à l’image d’Appolo de Gouville (IPO 147) et Ketty de Gouville (IPO 157), grands gagnants en Grand Prix de CSO, mais aussi Bilx de Gouville (GP CCE, IPC 125) autre représentant de l’élevage de la famille Beaufils, ou encore Halte Là du Mesnil (GP Dressage, IPD 154).

L’étalon Pfs Gatsby de la Selune et sa propriétaire Amélie Berthault s'emparent du titre dans le championnat des 5 ans de Hunter – ph. PSV
L’étalon Pfs Gatsby de la Selune et sa propriétaire Amélie Berthault s’emparent du titre dans le championnat des 5 ans de Hunter – ph. PSV

La finale des 6 ans, courue par trois poneys, a été l’affaire de Flashback Bélébat, une autre monture d’Amélie Berthault. Il remporte le titre et s’adjuge la seule mention Elite toutes catégories d’âge confondues (17+16,25, soit un total championnat de 16,63) et dame le pion à Falko le Courtal (Pfs, Syriac x Teake It Easy SL, Poet) et Faro du Moyec (Co, Urchin de Milin Avel x Gwennic de Goariva) respectivement gratifiés d’une mention Excellent (15,39) et Très Bon (14,32).
Flashback met à l’honneur l’élevage de Bélébat d’Angélique Prin, lequel s’était déjà distingué l’an passé grâce à l’étalon Freebox Bélébat, sacré champion des 5 ans dans cette même discipline. Son père, All Star de Bélébat*d’Orcamp (Poetic Justice SL, Co) est un frère utérin de Vertige de Bélébat, le porte-drapeau de l’élevage Seine-et-Marnais, gagnant en Grand Prix et sélectionné, entre autres, pour le CSIOP de Fontainebleau en 2020. Naya de l’Egray (Linaro SL, Drp), sa mère, n’est autre que la fille de Volta des Vallots (Po, par Indra Rebel, Co), championne de France Grand Prix Elite sous la selle de Cécile Saboureau et membre de l’équipe de France lors des championnats d’Europe de 1998 et 1999 (IPO 165). Naya a déjà produit Quiksilver de l’Egray (IPO 147) et Balzac de Bélébat (ICC 121). Notons que Flashback Bélébat avait déjà fait bonne figure il y a quelques semaines lors de la finale des 6 ans D de CSO (mention Très Bon).

Après Freebox, sacré champion des 5 ans de Hunter en 2020, Flashback Bélébat met lui aussi à l’honneur l’élevage d’Angélique Prin. Champion des 6 ans, il évolue sous la selle d'Amélie Berthault – ph. Poney As
Après Freebox, sacré champion des 5 ans de Hunter en 2020, Flashback Bélébat met lui aussi à l’honneur l’élevage d’Angélique Prin. Champion des 6 ans, il évolue sous la selle d’Amélie Berthault – ph. Poney As

 

Amélie Berthault : cavalière et propriétaire de deux champions de France

Amélie Berthault est la cavalière de Gatsby de la Selune et Flashback de Bélébat, respectivement champion des 5 et des 6 ans. Elle est aussi celle de la vice-championne des 5 ans Guiness du Verdon, également Elite en CSO et de Faro du Moyec, 3e des 6 ans et classé Très Bon.

A la tête d’une écurie de valorisation et de propriétaires située au Nord d’Angers, Amélie Berthault tient aussi un petit élevage (affixe « de Pag »). Avant de s’installer, la cavalière a travaillé avec l’élevage de Cé d’Emmanuelle Rabillon et montait des poneys sur le circuit du Cycle Classique. « J’ai acheté ma propriété début 2018 et me suis installée. J’ai une quinzaine de poneys et chevaux au travail dont une dizaine de jeunes à monter, quelques pensions travail et sept poulinières. Mes poulains prennent 3 ans et j’en fais naître un peu plus tous les ans », explique-t-elle. Les poneys qu’elle monte lui sont confiés ou lui appartiennent. « L’idée est de construire les poneys et de les amener sur le circuit des 6 et 7 ans, puis de les vendre ou de les garder à l’élevage, voire de les confier à mes jeunes cavaliers qui montent à la maison. Je ne souhaite pas avoir une grosse structure, mais j’ai quelques cavaliers qui montent bien, dont une petite qui commence les As Poney 1. Même si ce n’est pas la mode actuellement, mon objectif est de valoriser et faire naitre de vrais poneys. Les poneys issus de croisements avec des étalons chevaux vedettes font rêver, mais ils ne sont pas toujours très simples lorsqu’ils passent sous la selle de gamins. Il ne faut pas oublier que les poneys sont destinés aux enfants. Et puis l’élevage coûte cher, le côté financier entre en jeu : il y a un vrai risque financier à faire naitre un poulain hors taille. En choisissant des étalons chevaux ou certains étalons poneys croisés avec des chevaux, la taille de nos poulains devient vraiment aléatoire ».

« La victoire de Gatsby est une belle revanche »

« J’ai acheté Gatsby à 2 ans. Il a été approuvé étalon lors de la finale des mâles Pfs de 3 ans puis n’est pas beaucoup sorti l’année de ses  4 ans. Je ne suis d’ailleurs pas spécialement pour leur faire courir la finale à cet âge là. Cette année, il a fait une très bonne saison et a quasiment été tout le temps sans faute. Je place beaucoup d’espoir en lui. Il est très bon, il a beaucoup d’équilibre et plein de qualités. Malheureusement, il est éliminé sur la rivière au Sologn’Pony après un mauvais souvenir je pense sur celle du Lion d’Angers. Il y a un travail à faire là-dessus, mais c’est un super poney avec un gros potentiel. Son titre dans la finale des 5 ans de Hunter est une belle revanche. Guiness du Verdon appartient quant à elle à ses éleveurs qui ont fait naitre en l’occurrence le champion d’Europe de CCE Boston du Verdon. Cette petite jument est à vendre. Je la qualifie de machine à concours ! Elle a beaucoup d’énergie, du respect, est pratique en piste, a envie de bien faire, je pense qu’elle fera elle aussi de belles épreuves même s’il est difficile de juger les poneys sur les tours de 5 ans ».

« Flashback était tardif et se révèle réellement cette année »

« Je cherchais un mâle doté de bonnes origines, « très poney », avec pour objectif de le construire, viser le circuit des 7 ans et le garder comme étalon maison. J’ai acheté Flashback de Bélébat à 2 ans chez Angélique Prin. Il n’a pas été approuvé à 3 ans, mais il a produit deux poulains dont un qui a 2 ans. Je le ramènerai peut-être à l’approbation d’octobre. Il était tardif à 4 et 5 ans : un peu joueur, il avait du mal à se concentrer. J’ai toujours cru en lui et il se révèle à 6 ans. Je pense qu’il est illimité dans les moyens, il a une super tête et est très gentil. Faro du Moyec est un mâle Connemara que nous avons acheté à 3 ans. Nous connaissions bien son père Urchin de Milin Avel puisqu’il était à la maison et évoluait en Grand Prix sous la selle de notre cavalière. Faro a beaucoup de moyens, mais il est encore très sensible, un peu regardant et trop respectueux parfois. Il était qualifié pour la finale des 6 ans de CSO, mais nous ne l’avons pas engagé. Il faut encore le préparer ».

 

Vous avez aimé cet article ? Dites le !
Facebook