Léo Nerzic, le début d’une carrière prometteuse

En août dernier, Léo Nerzic portait pour la première fois la veste bleue lors de la Coupe des nations de Fontainebleau et signait un beau double sans-faute, associé au très bon Ken van Orchid. Le breton peut aussi compter sur Boutade Ste Hermelle et depuis quelques mois sur D’Angelo der Lenn. De quoi assurer de beaux résultats pour la dernière année à poney de ce cavalier ambitieux et déterminé.

Dans les coulisses du CSIOP de Fontainebleau l'été dernier. Léo Nerzic entourée d'Emma Koltz et de Romane Orhant - ph. Léa Tchilinguirian
Dans les coulisses du CSIOP de Fontainebleau l’été dernier. Léo Nerzic entourée d’Emma Koltz et de Romane Orhant – ph. Léa Tchilinguirian

Comme beaucoup de cavaliers, Léo Nerzic a fait ses débuts très tôt. En selle pour la première fois à l’âge de cinq ans, il n’a fallu que peu de temps au jeune garçon pour faire ses débuts en compétition. En effet, seulement un an après, il prenait le départ de ses premiers parcours de sauts d’obstacles en Poney 4 et Poney 3. Entraîné par son père, cavalier professionnel, et soutenu par sa mère, Léo Nerzic a ensuite progressivement pris part aux épreuves de niveaux supérieurs jusqu’à atteindre les Grand Prix As Excellence et les épreuves internationales aux côtés de Dark Shadow Girl et Breizhad de Graffan. Désormais, le jeune cavalier partage son temps entre les écuries familiales dans le Finistère et les écuries de la Clémenterie, chez Eric Denarnaud, en région parisienne. « Je passe trois à quatre semaines par mois chez Eric pour travailler avec ses poneys », explique-t-il. Et les semaines du jeune homme ne sont pas de tout repos puisque Léo Nerzic poursuit son cursus scolaire à distance via le CNED en parallèle des entraînements. Actuellement en classe de seconde, il respecte d’ailleurs un emploi du temps bien défini : « je monte quelques poneys le matin puis, lors de ma pause déjeuner, je travaille mes cours. Je me remets en selle l’après-midi et je me consacre à nouveau à mes cours le soir », explique-t-il. Et malgré le peu de concours organisés en 2020, Léo Nerzic a gardé ce rythme afin de continuer à se perfectionner aux côtés d’Eric Denarnaud.

Léo Nerzic et Boutade St Hermelle – ph. Marine Delie
Léo Nerzic et Boutade St Hermelle – ph. Marine Delie

Eric Denarnaud, une rencontre déterminante

En 2018, Léo Nerzic et son père Ronan rencontrent pour la première fois Eric Denarnaud, cavalier professionnel, coach et dirigeant des écuries de la Clémenterie. Un an plus tard, il revient vers eux en proposant à Léo d’essayer la jument Selle Français Boutade Ste Hermelle (par Norman Pre Noir et Tamalyse Ste Hermelle par Marlou Des Étisses). Le couple fait par la suite ses débuts à Saint-Lô en janvier 2020 et se classe notamment 3e de l’épreuve à 1,20 m au Mans en juillet. Au mois de mars Léo enrichie son piquet de poneys, également grâce à Eric Denarnaud, en accueillant Ken van Orchid (étalon Nrps, par Kanshebber et Orchid’s Celestyi, Nf par Kantje’s Ronaldo SL). Dès ses premiers parcours, le couple s’est avéré performant puisqu’il se classe notamment 8e d’une épreuve internationale du CSIOP de Fontainebleau et 2e de la Coupe des nations au mois d’août. Aujourd’hui, le jeune cavalier peut aussi compter sur l’étalon Poney Français de Selle D’Angelo der Lenn (par Usandro Tilia Derlenn, Wpb et Un Ange Passe au Péna, Co par Dexter Leam Pondi), actuellement performant en As Poney 1 et avec qui il devrait bientôt débuter les Grands Prix. De quoi ravir ce cavalier à l’équitation technique et appliquée. « Je suis très heureux d’avoir de tels poneys grâce à Eric. Ils sont tous très performants et leurs capacités me permettent d’accéder à de nouvelles épreuves mais aussi de prendre part à de nouvelles échéances », confie-t-il. Parmi elles, la Coupe des nations de Fontainebleau. Une première expérience en tant que membre de l’équipe de France, conclue par un très beau double sans-faute avec Ken van Orchid. « Ken a été fantastique, il a très bien sauté. Réaliser un score totalement vierge pour une première Coupe des nations, c’est formidable. Je suis très heureux. Il y avait un peu plus de pression et d’enjeux que d’habitude pour moi, surtout parce que j’étais le premier à passer. Mais ça a été une très belle expérience de représenter la France. Je suis vraiment reconnaissant envers Eric Denarnaud et tout le staff fédéral », confie Léo Nerzic. Certainement le meilleur souvenir à poney du jeune cavalier. Objectifs pour les mois à venir : être régulier en Grand Prix As Excellence et faire des bons résultats lors des championnats de France.

Léo Nerzic et l'étalon Ken van Orchid lors du Grand Prix du CSIOP de Fontainebleau en 2020 - ph. Poney As
Léo Nerzic et l’étalon Ken van Orchid lors du Grand Prix du CSIOP de Fontainebleau en 2020 – ph. Poney As

Un passage à cheval qui approche

À 15 ans, Léo Nerzic entame désormais ses derniers mois à poney. Conscient de la fin de cette belle période, marquée par les victoires et de formidables expériences, le cavalier pense déjà à son passage à cheval. S’il n’a pas encore trouvé celui ou celle qui l’accompagnera dans cette nouvelle aventure, Léo compte bien préparer l’avenir au plus vite. La suite, le cavalier ne l’imagine d’ailleurs pas autrement qu’avec des chevaux. « Mon objectif est de devenir cavalier professionnel. J’aimerais aller me former dans d’autres écuries, en France mais à l’étranger. Mon rêve serait de poursuivre ma formation chez Kévin Staut, Steve Guerdat en Suisse ou Marcus Ehning en Allemagne. Cela me permettrait de perfectionner mon équitation, de faire de nouvelles rencontres et surtout de m’ouvrir d’autres portes », explique-t-il. Une chose est sûre : Léo Nerzic est déterminé et devrait encore faire parler de lui dans les années à venir.

E.D.

Vous avez aimé cet article ? Dites le !
Facebook