Swyn Barrade, un prince de Galles au grand cœur…

Pour le Magazine Poney As, Robert Lacoste a voulu en savoir un peu plus sur la cavalière de l’équipe de France de Dressage Enora de Vienne, le temps d’une rencontre, dans son univers de l’écurie familiale de Saint-Benoît-sur-Loire. Vous pourrez lire le portrait de la jeune fille dans l’édition n°10 distribuée à Lamotte-Beuvron durant la semaine des championnats de France Poneys. Mais avant cela, notre rédacteur vous raconte l’histoire du complice d’Enora, l’étalon Welsh Cob Swyn Barrade.

Enora et Céline de Vienne - ph. Robert Lacoste
Swyn Barrade entouré d’Enora et Céline de Vienne – ph. Robert Lacoste

« Charismatique » est un terme original pour décrire un cheval, mais quand ce dernier se nomme Swyn Barrade, il prend tout son sens.

Etalon Welsh Cob âgé de 13 ans, fils de Ceulan Nathan et Usk Barrade, l’étalon est doté d’une allure naturelle magnifique qui aimante instantanément le regard et vous incite à prendre le temps de le connaitre d’avantage, lui, mais aussi son histoire, à son image, assez hors norme…
Une existence qui débute douloureusement par la perte de sa mère à deux mois, laissant le jeune Swyn désemparé jusqu’au moment où une jument prénommée Hôtesse le prendra sous sa coupe pour devenir sa maman adoptive et lui faire reprendre petit à petit goût à la vie.
En parallèle, Rose Harang, qui l’a connu au moment du décès de sa mère, décide d’en devenir propriétaire et le fait venir chez elle. « Sans repères avant sa rencontre avec sa mère de substitution, Swyn s’est reconstruit peu à peu, toujours avec une envie de recherche de contact importante ».
Elle confie son débourrage à Nicolas Blondeau, débourreur et éthologue reconnu, dont la philosophie prônant la recherche d’un dialogue harmonieux entre le cheval et l’homme prendra tout son sens avec Swyn Barrade dans la gestion de ses traumatismes d’enfance et la construction de sa confiance en lui et en son cavalier. C’est pourquoi, une des phases importantes du travail de l’éthologue avec le jeune poney, sera de canaliser sa sensibilité exacerbée et d’arriver à trouver un bon équilibre dans sa relation avec son partenaire.
Pour Rose Harang : « Swyn chérit ses cavaliers, mais c’est lui qui les choisit en fonction de sa sensibilité ».

Lou Morali et Swyn Barrade - ph. Pauline Bernuchon
Swyn Barrade à la visite vétérinaire de l’échéance européenne de Bishop Burton, avec Lou Morali – ph. Poney As

A ses débuts en compétition, l’étalon fera preuve de polyvalence, CSO comme Concours complet rythmeront son quotidien, mais c’est finalement en Dressage, au vu de ses qualités indéniables et de sa locomotion, qu’il sera dirigé.
Une exigence innée ainsi que sa sensibilité le rendant très attentif à son cavalier, les deux qualités associées à une générosité sans faille une fois en confiance, les résultats ne tardèrent pas à venir.
Dés 2013, le jeune poney remporte ses premières compétitions, mais c’est véritablement à partir de 2014, sous la selle de Lou Morali, que Swyn Barrade donnera la pleine mesure de son talent.
Durant 4 années, le duo brillera sur les carrés de Dressage, avec le seul regret peut être de ne pas avoir glané de médailles aux championnats de France après avoir tourné autour si longtemps (3 fois 4e !), mais finira par être récompensé de sa ténacité par une participation aux championnats d’Europe en 2018, qui sera le point d’orgue de leur relation en compétition, Lou ayant su comprendre la sensibilité particulière de son beau binôme en lui faisant confiance, ce dernier la lui rendant au centuple.
Mais c’est malheureusement au début de cette même année 2018 que Swyn Barrade perdit un œil, suite à des uvéites persistantes qui nécessitèrent l’ablation de ce dernier.
Cependant, avec le temps et les ajustements d’adaptation à assimiler, cela n’empêcha pas le bel athlète d’emmener sa jeune cavalière sur l’échéance européenne quelques mois plus tard, preuve s’il en est de ses qualités de courage et de résilience.

Enora et Swyn - ph. Rose Harang
Enora et Swyn – ph. Rose Harang

Depuis fin 2018, sa nouvelle partenaire se nomme Enora de Vienne, jeune cavalière talentueuse elle aussi, triple médaillée par équipe aux championnats d’Europe Children avant de connaitre son nouveau compagnon. « Swyn a beaucoup de cœur, très battant et endurant, il est attentif et sensible à sa cavalière, ce qui le rend très exigeant et un peu caractériel en fonction des moments. Il m’oblige à être en harmonie avec lui afin que le lien de confiance soit présent réciproquement. Pour cela, je le monte six fois par semaine, voir sept, afin que la relation se construise au mieux et que chacun apprenne à mieux comprendre l’autre ».

Il semblerait que l’osmose se créée peu à peu malgré la jeunesse de la relation, car après une période durant laquelle le couple a surtout cherché à trouver ses marques, les très bons résultats de ce printemps à la TDA de Jardy ainsi qu’aux Internationaux de Compiègne laissent présager des championnats de France prometteurs début juillet, et pourquoi pas , cerise sur le gâteau, une participation aux championnats d’Europe en août…
Ensuite, Enora, qui va avoir 16 ans, passera à cheval et Swyn sera libre de choisir son nouveau partenaire ; par contre, celui-ci ne devra jamais oublier qu’il faudra faire en premier lieu allégeance à son prince de Galles au grand cœur afin d’en obtenir les plus belles faveurs…

Par Robert Lacoste

Vous avez aimé cet article ? Dites le !
Facebook
Pinterest