Seamus Hughes-Kennedy : « mon objectif n°1 est de retourner à Malines défendre mon titre ! »

Pour Poney As, le jeune talent irlandais Seamus Hughes-Kennedy (15 ans), gagnant de la finale du FEI PJT 2017 à Malines, revient sur son week-end en Belgique et sur son exceptionnelle fin de saison 2017.

Huitième ex æquo après les deux premiers parcours de la finale avec un total de 19 points, Seamus et sa géniale Cuffesgrange Cavalidam ont enchaîné deux parcours sans pénalité le dimanche pour s’imposer.

Sentower park seamus hughes kennedy poney as
Seamus et Cavalidam à Opglabbeek au printemps – ph. Camille Kirmann

La lourde tâche de partir en dernier fut appréhendée, mais finalement parfaitement gérée : « pour être honnête, j’ai essayé de me dire que c’était un parcours normal, mais j’étais toujours nerveux, l’atmosphère était incroyable… ». Le cavalier, qui loue les parcours de Eddy Geysemans, « très techniques et gros, à la hauteur de cette première finale », avait bien le sentiment qu’un premier sans-faute le ferait remonter au classement et le qualifierait dans tous les cas pour la seconde manche. De là à se retrouver en tête… « après que Kate, Aaron et Abbie sortent sans-faute, je savais ce qu’il me restait à faire, donc je me suis juste concentre, j’ai relaxé mon poney, pris une grande inspiration et fait confiance à mon incroyable jument. En sautant le dernier obstacle, je me suis senti très excité et soulagé à la fois. On a accompli tant en si peu de temps tous les deux…».

Comme ses camarades tout au long des 6 étapes du FEI PJT, Seamus a pris beaucoup de plaisir à être traité comme un cavalier de 5* par les organisateurs : « une voiture est venue nous chercher à l’aéroport ma mère et moi, alors que mon père avait amené ma ponette et celui de ma cousine, Molly Hughes Bravo, avant Noël. Tous deux nous attendaient sur place, aux bons soins d’Ailish Black. Toute la semaine, entre nos épreuves, c’était génial d’avoir les privilèges des cavaliers Seniors, mais aussi de pouvoir les voir travailler et sauter ».

Avant Malines, le couple avait pris part à 3 étapes qualificatives du circuit FEI PJT : Vérone (3e), Lyon (5e) et Stuttgart (5e), se plaçant 3e du ranking avant la finale : « c’étaient trois concours géniaux et tous les cavaliers poneys ont oublié la barrière de la langue pour se mélanger ! ».

Keatingstown Hunky Dory Seamus hughes kennedy poney as
Avec Keatingstown Hunky Dory, Seamus a réalisé une excellente saison – ph. Camille Kirmann

Cette victoire vient couronner l’excellente saison du cavalier irlandais, inconnu du grand public avant le BIP cette année et qui sautait ses premiers parcours à 1,30 m il y a tout juste 1 an. Avec ses différents poneys, Seamus fut gagnant et classé plusieurs fois à Fontainebleau, double sans-faute dans la Coupe des nations d’Opglabbeek, 7e en individuel aux championnats d’Europe… Après Kaposvar, le Royal Dublin Horse Show était dans la ligne de mire de tous les cavaliers irlandais. Seamus y avait pour sa part qualifié Cavalidam et Keatingstown Hunky Dory, tandis que sa petite soeur Isobel montait dans la catégorie 138cm (soient les poneys C). « J’avais remporté les 6 ans avec Hunky Dory l’année précédente et nous avons conserve notre titre, ça n’avait encore jamais été fait ! Début Septembre, à la finale de la Premier League (le circuit Elite des poneys, voir notre reportage complet dans le Mag n°5) dans le nord de l’Irlande, j’ai été 2e avec Cavalidam et j’ai gagné la finale Starfinder des 6/7 ans avec Keatingstown Hunky Dory ».

En 2018, Seamus sera toujours associé à son exceptionnelle jument Cuffesgrange Cavalidam. La fille de Luidam, issue d’une illustre famille de sauteurs et poulinière avant sa récente carrière sportive, est née chez Eamon Sheehan (qui alignait également Cuffesgrange Little Ric sur les derniers championnats d’Europe de CCE, dont il repart avec l’argent par équipes !). Son cavalier espère réussir à se qualifier à nouveau pour les championnats d’Europe 2018, lors de ce qui sera sa dernière année à poney. « Mais mon objectif n°1 » complète-t-il, « c’est de retourner à Malines pour défendre mon titre. Ce sera plus difficile, en raison du succès du FEI Ponies Jumping Trophy cette année, les cavaliers voulant rentrer dans le Top 20 qualifié risquent d’être nombreux ! »

Vous avez aimé cet article ? Dites le !
Facebook
Pinterest