Championnats d’Europe poneys : 2006 Saumur – 2016 Vilhelmsborg, 10 ans après !

Demain, sur le site équestre danois de Vilhelmsborg, se tiendra la première journée des championnats d’Europe Poneys 2016… 2006 – 2016, et si nous nous replongions au coeur de l’échéance européenne de Saumur ? En 10 ans, beaucoup de choses ont changé… Côtés poneys : toisage et début de la réflexion sur le nouveau règlement (1,49 m, avec une tolérance de 2 cm), sortie par la très grande porte de certains très grands cracks et confirmation pour d’autres. Côtés cavaliers : le début d’une très grande carrière dans le milieu du sport équestre pour certains. En effet, quelques cavaliers engagés à Saumur sortent désormais en Grand Prix à cheval et ont même été sélectionné pour les Jeux Olympiques !

En 2006, les championnats d’Europe organisés au sein de l’Ecole Nationale d’Equitation de Saumur marquaient le retour du plus grand rendez-vous de la planète poney en France. En effet, la précédente édition datait de 1998, au Touquet et l’avant dernière… de 1987, celle où l’équipe de France triomphait dans l’épreuve par équipes de CSO, déjà à Saumur ! Replongeons-nous dans ces championnats 2006… 10 ans après !

L'Allemagne et ses vedettes de Dressage - ph. Pauline Bernuchon
L’Allemagne et ses vedettes de Dressage – ph. Pauline Bernuchon

En Dressage, pas de surprises, les médailles d’or en individuel et par équipes sont revenues aux Allemands ! La star de l’époque s’appelait Dulcia (9e du Top 15 des meilleurs poneys d’Europe, cf. Poney-As, le Mag n°4), la ballerine palomino, aussi jolie qu’extraordinaire sur le rectangle. Médaillée de bronze 2 ans plus tôt, elle était montée par la très talentueuse Lydia Camp. Le couple, champion d’Europe en individuel (il n’y avait pas de Kür à l’époque), avait pour co-équipiers Louisa Lüttgen avec l’étalon vedette Dornick B (2e du Top 15), vice-championne en individuel, Sanneke Rothenberger (grande sœur de Sönke, champion olympique par équipes il y a quelques jours !) avec le crack Konrad 15 (en tête du Top 15) et Annabel Frenzen sur le tout bon Flamenco Star.

Dulcia, aussi belle que géniale - ph. Pauline Bernuchon
Dulcia, aussi belle que géniale – ph. Pauline Bernuchon

Les Néerlandais étaient médaillés d’argent. Dans leur team, la chef de fil Angela Krooswijk en selle sur le défunt étalon Power And Paint (9e ex aequo du Top 15), 3e en individuel, entourée de Michelle van Lanen / Basalt, Laurens Sliepenbeek / Hoby et Maria van den Dungen / Milkshake. Sur la troisième marche du podium, les Danois, qui, nous nous le rappelons, s’étaient extrêmement bien battus ! L’équipe était composée de Carina Nevermann Torup / Kastanienhof’s Vitus, Cathrine Dufour / Moonlight, Sofie Seeman / Ferrari et Christina MØller / Casio. Dix ans plus tard, Cathrine Dufour a réalisé de toutes belles prestations aux Jeux Olympiques, se qualifiant au passage pour la Kür, accessible aux 18 premiers du GPS !
L’équipe de France se classait 8e sur 8 et était composée de la championne de France Ninon Vandenabeele en selle sur l’étalon allemand Doppelspiel (de retour en As Elite cette saison avec Jade Leborgne), du couple vice-champion de France Grégoire Siauve / Nando M, d’Alix Faujour avec Huckleberry Fin et de Noémie Sergent, la complice d’Ivry de Montoux.

Une belle sixième place en CCE pour Marie Bouchanville et Filou du Breuil - ph. Pauline Bernuchon
Une belle sixième place en CCE pour Marie Bouchanville et Filou du Breuil – ph. Pauline Bernuchon

En Concours Complet, la France n’avait pas brillé sur le test de Dressage… Seule la championne de France en titre, Eloïse Breuil, en selle sur Ideo Croptois et Simon Cibot sur Jocadi de soulac (cartouche individuelle) étaient « dans les billes ». Après le cross, les Bleus remontaient de 2 places, soit la septième position au classement provisoire, après les parcours sans faute aux obstacles de Marie Bouchanville / Filou du Breuil, Margaux Schramm Decroix / Calin III et Capucine de la Perrière / Jasmine de Marigny. Ils terminaient finalement au pied du podium à l’issue de l’hippique… Marie et Filou décrochaient eux une belle sixième place en individuel ! Allemagne, Belgique et Grande-Bretagne décrochaient les 3 médailles par équipes. En individuel, que de chamboulements pour le trio de tête ! L’Anglaise Libby Soley, en selle sur Noble Springbok (2e du Top 15), a tenu la tête dès le dressage mais s’écroulait sur le CSO. Elle était toutefois sacrée médaillée d’argent derrière l’Allemande vice-championne d’Europe par équipes en 2005, Franca Lüdeke associée à Hillery (11e ex aequo du Top 15). Kelly Vercauteren montait Crack Drum VH Juxschot : élément clé de l’équipe de Belgique, elle permettait à son équipe de ramener l’argent et était gratifiée du bronze en individuel. Le cavalier Suisse, Felix Vogg, aux commandes de Connection D, finissait lui au pied du podium. Dix ans plus tard, il représentait sa nation aux Jeux Olympiques de Rio tout comme la 8e, la Suédoise Frida Andersen, associée à l’époque à Lillefot !

Grande-Bretagne, Allemagne et France, tel était le podium de l'épreuve par équipes de CSO - ph. Pauline Bernuchon
Grande-Bretagne, Allemagne et France, tel était le podium de l’épreuve par équipes de CSO – ph. Pauline Bernuchon

En saut d’obstacles, les parcours étaient gros, vraiment gros ! Cette année, pour pouvoir participer à la finale individuelle, les cavaliers devaient impérativement réussir la seule et unique épreuve qualificative du jeudi (le dernier qualifié n’avait « que » 6 points à son compteur). Au sein de l’équipe de France, seuls Daphné Ratzel et Iago Lavergne avaient réussi le pari (15e du classement final). Un grand espoir était placé sur Julia Dallamano et Black Devil (finalement gagnants de la consolante), couple pilier des Bleus qui faisait à l’époque les couvertures des magazines, mais en vain… Ni Morgane de Chastenet associée à l’étalon Jimmerdor de Florys SL, ni Rosalie Donze / Chaveta II, pas plus que Syndi Rigaut / Flying Welshman (cartouche individuelle) n’arriveront à décrocher le précieux sésame. Au terme des deux manches, six cavaliers à 8 points ont dû batailler la victoire au barrage : la Britannique Louise Saywell (Kadia Mouche), le couple phare néerlandais Wouter Vos / Hertogin, l’Allemand Patrick Sthülmeyer / Epi, tous à 4 points, tout comme la Suédoise Wilma Hellström associée à la géniale Queen. Scénario improbable : Wilma et Queen avaient laissé échapper le titre dans la seconde manche, fautant sur le dernier obstacle et rééditant cette même faute au barrage (5e) ! C’était perceptible, le public voulait voir triompher la petite balle alezane, déjà sacrée championne d’Europe en 1998… mais celle-ci céda la place si convoitée au grand (bien trop grand) Micklow Madness, monté par le Britannique Daniel Neilson. Ce cavalier est ensuite entré dans l’équipe senior de Grande-Bretagne, montrant tout son talent de pilote. Son alezan, lui, provoquait la polémique sur la toise, tout comme quelques autres, notamment britanniques. Ces abus sur la toise inciteront la FEI à davantage de contrôle et à un changement dans son règlement (1,49 m, avec une tolérance de 2 cm donc). Wouter et Louise, respectivement 2e et 3e, ont ensuite tourné à très bon niveau également.
Si les Français avaient loupé leur qualification pour la finale individuelle, ils se sont rattrapés dans l’épreuve par équipes, montant sur la troisième marche du podium, aux côtés des Britanniques, en or et des Allemands, en argent. Dans l’équipe de la Mannschaft, figuraient une certaine Katrin Eckermann, en selle sur Karwin et un certain Patrick Sthülmeyer, tous deux pilotes en 5 étoiles et Coupe du Monde !
Enfin, outre Iago, plusieurs poneys français avaient marqué les esprits, sous selle étrangère : pour l’Italie, Dexter Leam Pondi, impressionnant d’aisance avec son petit cavalier italien de 12 ans Filippo Bologni, s’offrait sa meilleure performance individuelle, 7e. Sous le même drapeau, on retrouvait le propre frère d’Idefix du Villon SL, Gouffy du Villon ; pour la Hollande, Ivy du Chateau ; pour la Grande-Bretagne, Kadia Mouche ; pour la Suède, Ix de l’Aulne et pour l’Allemagne, Epi !

Dexter Leam Pondi et l'Italien Filippo Bologni avaient assuré le spectacle ! - ph. Pauline Bernuchon
Dexter Leam Pondi et l’Italien Filippo Bologni avaient assuré le spectacle ! – ph. Pauline Bernuchon

Dexter Leam Pondi et Filippo Bologni - ph. coll. Syndicat Linaro
Dexter Leam Pondi et Filippo Bologni – ph. coll. Syndicat Linaro

Texte et photos : Pauline Bernuchon

Vous avez aimé cet article ? Dites le !
Facebook
Pinterest