Des résultats prometteurs pour les jeunes du centre équestre des Chimères

Entre victoire (un titre de championne de France pour G Revée d’Azy)  et accessits (une deuxième place pour Fils d’Azy entre autres), le centre équestre des Chimères, situé à Collorgues dans le Gard, a été de tous les podiums, en septembre dernier, lors du Critérium SHF de Concours Complet à Pompadour. Ces instigateurs, Roméo et Sébastien Thilvert, sont également premiers au classement des éleveurs et leurs élèves (Alexandrine Zanello et Loan Picone) trustent les deux premières places de celui dédié aux cavaliers. Questions / réponses avec Sébastien (volet 1/2).

G Revée d'Azy remporte le Criterium des 4 ans sous la selle de Loan Picone – ph. PSV
G Revée d’Azy remporte le Criterium des 4 ans sous la selle de Loan Picone – ph. PSV

Poney As : Avec tous ces bons résultats à Pompadour, on peut avancer que 2020 a été une bonne année pour vous deux ?
Sébastien Thilvert : En termes de résultats, c’est une bonne année pour nous effectivement ! On espère que 2021 sera meilleure, mais je dois dire que bizarrement, les poneys se sont très bien vendus dès le premier déconfinement. C’est incroyable, je crois que les parents avaient envie de faire plaisir aux enfants et d’aller un peu plus loin dans les projets. Nous, nous valorisons nos poneys sur le circuit SHF et Poney, nous participons aux championnats de France de Lamotte-Beuvron et aux finales dédiées aux jeunes poneys. Heureusement que nous avons pu les sortir sur le circuit SHF. Grâce à cela, nous avons poursuivi leur travail et nous avons pu avoir un peu de visibilité même si la saison a été très écourtée. Ce fut une très bonne chose.

PA : Comment percevez-vous le circuit du Cycle Classique de CCE ?
ST : Nous sommes des adeptes du circuit SHF car il est très adapté aux poneys, les tours sont toujours bien montés. Nous sommes préparateurs de poneys pour les enfants, il faut donc les mettre dans les meilleures conditions, et c’est ce que propose la SHF avec des parcours coulants et adaptés aux catégories d’âge. C’est ce que l’on recherche. Le circuit SHF permet aussi de valoriser les poneys et de les vendre. Nous n’avons pas eu assez de concours cette année, mais c’était pareil pour tout le monde. La SHF a fait, je pense, ce qu’il fallait pour maintenir son circuit afin que nous ayons une petite saison tout de même. Bravo à elle.

PA : Et ce Critérium 2020 ? L’avez-vous jugé comme une vraie finale ?
ST : Oui, tout à fait, c’était un Critérium qui faisait office de vraie finale. Le nom de Critérium lui a été attribué car nous n’avons pas pu avoir de qualificatives normales, mais tous les cavaliers qui font habituellement la finale était présents cette année. Ce sont toujours les mêmes d’ailleurs. Au niveau des difficulté techniques, c’était identique. La seule différence est le fait qu’il n’y ait pas eu de notes de présentation. Mais je dirais pourquoi pas ? Après tout, la finale devrait être jugée comme un concours « normal ». La note pourrait être une information complémentaire, sans pour autant avoir une incidence sur les résultats définitifs du concours. Sur des jeunes, c’est tellement approximatif…

PA : Vous avez aussi tous les deux la particularité de faire monter vos jeunes poneys par vos propres élèves. Certaines de vos cavalières montent ou ont monté sur le circuit As Elite…
ST : Nous observons beaucoup de cavaliers adultes sur ce circuit, et en ce qui nous concerne, ce sont nos jeunes adultes, des jeunes filles que nous avons mis à poneys et qui n’ont pas voulu quitter ce milieu, qui montent nos poneys. Elles ont joué le jeu de se dire « on va sur le circuit jeunes ». C’est vraiment une bonne formation pour les poneys, mais aussi pour les cavaliers. Notre but est que nos poneys soient très pratiques pour l’avenir. En CCE, les poneys qui feront les Grands Prix ou les grosses épreuves doivent être hyper bien mis, par des professionnels ou des personnes habituées à cette discipline. C’est un gage de sécurité.

Les cavalières de Roméo et Sébastien Thilvert : Loan Picone (G Revée d'Azy) et Alexandrine Zanello (Fils d'Azy) – ph. coll. privée
Les cavalières de Roméo et Sébastien Thilvert : Loan Picone (G Revée d’Azy) et Alexandrine Zanello (Fils d’Azy) – ph. coll. privée

PA : Vous êtes basés dans le Gard, ce circuit de la SHF est-il développé chez vous ?
ST : Oui, plusieurs personnes ont réussi à faire ouvrir des épreuves et ont tapé aux portes des clubs. Lorsqu’on joue le jeu, cela motive les organisateurs et il y a eu cette dynamique de la part de tout le monde. On s’adapte, il faut que la machine tourne et que tout le monde soit content. De ce fait, nous avons des concours pas trop loin de chez nous et avons aujourd’hui largement de quoi qualifier nos poneys dans notre secteur.

PA : D’une manière plus globale, comment percevez-vous la discipline du CCE en France ?
ST : Le CCE a toujours été la troisième roue du carrosse, c’est-à-dire qu’on juge les poneys de CCE comme de mauvais poneys de CSO. On ne veut plus entendre cela. Les poneys de CCE sont tout aussi qualiteux : ils ont le dressage nécessaire, la volonté, la franchise. Un poney franc et pratique : c’est ce que veut acheter la majorité des parents. Et puis en CCE, il y a un état d’esprit à part. C’est une grande famille ! Lorsqu’on se retrouve sur les cross avec tous les coachs de Grand Prix, on est tous des potes et c’est sincère. Mais quand on envoie nos jeunes cavaliers sur de grosses épreuves, c’est aussi la franche inquiétude pour tout le monde ! On se serre les coudes, on est tous solidaires. C’est émouvant même. Montrer un peu plus cette formidable discipline et former des poneys : c’est pour cela qu’on essaie de se relever les manches.

Vous avez aimé cet article ? Dites le !
Facebook