3 ans Sport FPPCF : Goethe d’Uriat, premier dans les 3 ateliers

Le championnat de France des 3 ans Sport, organisé dans le cadre du Sologn’Pony par la Fédération Française des Poneys et Petits Chevaux de Sport (FPPCF), a révélé cette année encore quelques bons jeunes sujets. Vous avez découvert dans le premier volet la championne Du Granit Tinkerbell, place aujourd’hui au champion Goethe d’Uriat, lui aussi inscrit au stud-book du poney Welsh et gratifié des meilleures notes dans les trois ateliers.

Avec 3 excellentes note dont un 18 à l'obstacle, Goethe d’Uriat remporte le championnat des 3 ans Sport FPPCF - ph. Poney As
Avec 3 excellentes note dont un 18 à l’obstacle, Goethe d’Uriat remporte le championnat des 3 ans Sport FPPCF – ph. Poney As

Pas de demi-mesure pour Goethe d’Uriat (Wpb, par Farchynys Phoenix, Wb et Bertille d’Uriat, Sbs par Quaprice Boimargot, Holst). Il a tout bonnement décroché les meilleures moyennes dans les 3 ateliers de la classe des mâles du championnat de France des 3 ans Sport : 15,70 au modèle, 15,50 aux allures et… 18 à l’obstacle ! Son score de 16,34/20 lui a permis de décrocher le titre devant ses challengers du stud-book Connemara : Grammatico Brimbelles (par Ice and Fire d’Albran et Sedille de Brimbelles par Fricotin), 2e, né chez Claudie Bremaud et Jean-Charles Thibaut (61), dont la mère est une sœur utérine de l’étalon Tréma des Brimbelles, gratifié du score de 15,66/20 (dont 17,75 au saut en liberté) et Génie du Ronval (par Silver Shadow SL et P’Titlou des Blanpins par Grange Surf Sparrow), 3e, né chez Anne Lamblot (08), issu de la souche de Joie de Ravary, mère de l’étalon O Ia Sonn et de Neus Vat (l’une des poulinières de base du Duc Henri de Bronac de Bougainville, instigateur de l’élevage « Crano ») et fille de Fort Helen, mère entre autres de Thunder du Blin. Ce dernier a obtenu 15,41/20 (dont 16,50 au saut).

Grammatico Brimbelles, vice-champion de la finale des 3 ans Sport FPPCF - ph. Poney As
Grammatico Brimbelles, vice-champion de la finale des 3 ans Sport FPPCF – ph. Poney As
Génie du Ronval, 3e de ce championnat - ph. Poney As
Génie du Ronval, 3e de ce championnat – ph. Poney As

Zoom sur le champion de France Goethe d’Uriat

Goethe d’Uriat est né dans l’Allier chez sa propriétaire Anne-Marie Jourde, éleveuse de chevaux Selle Français depuis 35 ans et présidente de l’association des éleveurs de chevaux et de poneys de sport de l’Allier et du Massif Central. A la tête d’un élevage composé de 8 poulinières dont 6 en activité, elle nous livre avoir débuté l’élevage « d’une drôle de façon… J’étais en vacances et l’une de mes nièces m’a dit qu’elle allait présenter ma jument à un concours d’élevage. Elle était pleine d’Uriel. Je lui ai dis si tu veux, mais moi je ne suis pas là… Elle s’est occupée de tout et la jument a gagné ! Piquée au vif, j’ai continué à élever et l’histoire se poursuit 35 ans après ! ».
 
Cette dynamique éleveuse de 77 ans, bien connue dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, a notamment fait naitre par le passé 3 étalons Selle Français approuvés dont Vendome d’Uriat (né en 1987, par Uriel, ISO 166), exporté aux Etats Unis où il a couru jusqu’en épreuve Coupe du Monde et Regensburg d’Uriat (né en 2005, par L’Arc de Triomphe, ICC 144), 6e du championnat de France des 6 ans de CCE sous la selle de Didier Dhennin, puis vendu au Japon. A l’époque, Madame Jourde avait aussi acheté Nitro alors âgé de 4 ans : vendu pour moitié à Marcel Rozier, il fut monté par Thierry en internationaux avant d’être vendu en Irlande…
L’équitation est aussi une affaire de famille. Elle même titulaire du troisième degré d’équitation, son mari a été cavalier et ses enfants aussi (son fils ainé fut champion de France en 4e et 3e catégorie à 15 et 16 ans, et son deuxième garçon, finaliste du championnat de France Cadet lorsqu’il avait 12 ans). Aujourd’hui, la passion s’est transmise aux petits-enfants.
Goethe d’Uriat, champion de France des 3 ans Sport FPPCF - ph. Poney As
Goethe d’Uriat, champion de France des 3 ans Sport FPPCF – ph. Poney As

Madame Jourde nous raconte l’histoire et les débuts de son champion, le premier poney né chez elle : « La mère de Goethe est une fille de Quaprice Bois Margot et une petite-fille de Gaboubet A. Elle a été accidentée à 14 mois : elle s’est fracturée la rotule et a fait une fourbure sur l’autre pied, par compensation. Nous l’aimions beaucoup et avons décidé de la garder. Quelques années plus tard, l’un de mes amis, David Nery, qui élève des poneys et dirige un Poney Club, m’a dit qu’il était dommage de se priver de cette génétique. De mon côté, j’avais quelques réticences. Lui confier un étalon cheval, avec son arrière main fragilisée et sa boiterie me faisait un peu peur. Il m’a convaincu d’essayer avec un petit étalon poney. Il m’en a proposé plusieurs et j’ai choisi Phoenix. Il semblait correspondre à ce que je cherchais et je trouvais qu’il avait un très bon coup de saut. La jument est grande, elle fait 1,74 m et on ne voyait même pas qu’elle était pleine ! Elle a mis bas, chez moi sous surveillance caméra. Quand j’ai vu qu’elle était prête, je me suis précipitée aux écuries, mais le poulain était né et debout ! Il était superbe et ressemblait vraiment à un petit cheval. Son croisement me conduisait à l’enregistrer en OC et cela ne m’allait pas. L’association française des poneys Welsh m’a dit que je pouvais le déclarer dans la section part-bred ; c’est ce que j’ai fait ». 

La suite ? Un concours Welsh à Lignières-en-Berry à l’âge de 2 ans : « il a gagné sa section. Tous les poneys ont défilé à la fin du concours et il a trouvé le moyen de se cabrer et de s’échapper. Il est parti avec une petite pouliche qui avait quelques jours. On m’a donné les cadeaux et on m’a prié de le laisser au boxe… C’était ma première expérience avec lui sur un concours poney ! », se remémore-t-elle un brin amusé. « Cette année, j’ai souhaité l’engager sur un concours avec une épreuve de saut en liberté. J’ai regardé sur le site de la SHF et j’ai vu qu’il y avait un concours de poney de sport à Vichy. Il l’a remporté avec de très bonnes notes. Les juges m’ont suggéré de le passer en Poney Français de Selle, mais je leur ai répondu qu’il était Welsh. Ils m’ont alors indiqué qu’une finale se tenait à Lamotte-Beuvron et qu’il avait ses chances d’obtenir une approbation pour produire dans ce stud-book ». Engagé, il en ressort gagnant !
 
Goethe toise 1,47 m. Son avenir est désormais tourné vers le circuit du Cycle Classique : « L’objectif est qu’il aille au plus haut niveau sur le circuit poney. A 4 ans, ce sont les balbutiements, à 5 ans, on perçoit un peu plus leur capacité et à 6 ans, il faut que ça se concrétise. J’ai encore 3 ans devant moi ! Je vais raisonner avec ce poney comme je l’ai toujours fait avec mes chevaux ».
Goethe d’Uriat sera présenté le week-end prochain à la session de testage tenue à Lamotte-Beuvron en parallèle de la session d’approbation des étalons Poneys Français de Selle. Nul doute qu’il fera parler de lui.
Vous avez aimé cet article ? Dites le !
Facebook
Pinterest