Tony Aquino : « Athena apprend vraiment vite ! »

Jolie performance pour l’outsider Tony Aquino le week-end dernier ! On connaît le cavalier compétiteur et pugnace, sa jument, Athéna du Roc, extrêmement prometteuse et démonstrative… mais de là à enlever la deuxième place de l’Excellence du gros rendez-vous de Tours ! Et pourtant, le couple a su se déjouer des difficultés du parcours pour aller barrer contre Ilona herself. Une prestation remarquable et remarquée, Poney As a souhaité en savoir plus…

TDA Tours Pernay 2018 bel air équitation
Tony Aquino et Athena du Roc à Tours – ph. Poney As

Poney As : Tony, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?
Tony Aquino : J’ai 15 ans, je vis en Seine-et-Marne (près de Disney !), et je monte aux Ecuries de Martigny, avec ma mère Laura Rudaz.

PA : Dans cet environnement, as-tu commencé à monter très tôt ?
TA : oui, j’ai dû commencer à 3 ans ? Au début, je n’aimais que la compétition, pas trop m’entraîner à la maison. Je n’ai toujours fait que du CSO, j’aime vraiment ça. On a fait aménager mes horaires d’école, pour que je puisse monter mes chevaux tous les jours. Il y a juste le lundi où ils font paddock, après les concours.

PA : Que peux-tu nous dire sur Athéna du Roc, que tu as démarrée en Grand Prix cette année ?
TA : Je la monte depuis novembre, elle appartient à une amie de ma mère, l’idée était de la valoriser et de la vendre. Et puis finalement, ça s’est top passé, elle montre de très gros moyens ! Elle est vraiment bonne et elle n’a que 8 ans… si elle n’est pas vendue après Lamotte, c’est sans doute ma petite sœur qui la récupèrera.

PA : Depuis le début de la saison, elle a montré une vraie progression, t’attendais-tu à cette performance à Tours ?
TA : Pas vraiment… en les marchant, j’ai trouvé les tours du week-end compliqués, même si une fois à cheval ils paraissaient plus simples. Ma ponette était en très bonne forme : elle a sauté super au paddock, elle était calme au box… Le deuxième jour, c’était gros, je pense que c’est le plus gros tour que j’ai sauté ! En plus c’était technique, avec des obstacles en sortie de virages par exemple. Je manque d’expérience à ce niveau là, et ma ponette aussi, elle faisait partie des plus jeunes de l’épreuve. Lorsque je l’ai récupérée, je ne pensais honnêtement pas qu’elle ferait Grand Prix dès cette saison, elle manquait aussi de dressage. Mais Athéna apprend vraiment vite ! C’est une super jument, il ne faut pas la vexer et ne pas aller contre elle, mais une fois qu’on le sait elle est très généreuse.

PA : A ses côtés, tu montes toujours ton petit champion Qurack Beauty Fort, et son propre frère Aktion Beauty Fort, quel est le programme avec ces deux là ?
TA : Qurack, que je monte depuis plusieurs années, est un peu en pause. Il s’était fait un peu peur, mais aujourd’hui ma petite sœur, Emy, l’a repris, et ça se passe très bien. Aktion a de très gros moyens, mais il est encore très vert, alors on lui fait prendre de l’expérience en le sortant. S’il n’est pas vendu, je continuerai à le monter, puis Emy le récupèrera sans doute aussi.

PA : Quels sont tes objectifs pour la fin de saison… et la suite ?
TA : Je voudrais jouer mes chances avec Athéna à Lamotte, c’est la dernière année que je peux participer à l’Excellence ! Ensuite, je continuerai peut-être à monter Aktion pour le démarrer en Grands-Prix ; j’ai également un 6 ans. J’ai aussi monté en Children, avec le cheval de ma mère. La suite, c’est de trouver un cheval pour les grosses épreuves !

Les montures de Tony :
Athéna du Roc ; Pfs, par Quoutsou et Princesse Erika II par Linaro SL, Poet ; née chez Régis Reveillé
Aktion Beauty Fort et Qurack Beauty Fort ; Pfs, m, par Machno Carwyn, Wd et Miranda Beauty Fort par Cap de B’Neville, Sfa ; tous deux nés au Haras des Beauty Fort

Vous avez aimé cet article ? Dites le !
Facebook
Pinterest