Sarah Desmoules : « l’année prochaine, je compte bien être sélectionnée en CSIOP ! »

Aussi souriante que talentueuse, Sarah Desmoules, notre toute jeune ambassadrice de 12 ans que vous avez pu découvrir dans Poney As le Mag n°5, a pris le départ de son premier championnat de France As Poney Elite de CSO associée à Tutti Quanti Joyeuse*du Mystère. Gagneuse dans l’âme, elle nous raconte sa compétition et ses plans pour 2018.

Sarah Desmoules, cavalière de CSO ambassadrice Poney As - ph. Pauline Bernuchon
Sarah Desmoules, cavalière de CSO ambassadrice Poney As – ph. Pauline Bernuchon
Sarah Desmoules et Tutti Quanti Joyeuse*du Mystère sont 29e sur 68 partants de leurs premier championnat de France As Elite de CSO - ph. Pauline Bernuchon
Sarah Desmoules et Tutti Quanti Joyeuse*du Mystère sont 29e sur 68 partants de leurs premiers championnats de France As Poney Elite de CSO – ph. Pauline Bernuchon

Poney As : comment analyses-tu tes parcours des championnats de France As Poney Elite ?
Sarah Desmoules : le premier jour, tout s’est bien passé ; j’étais très motivée, bien plus que le lendemain sûrement. Dimanche, pour mon deuxième tour, j’étais peut-être un peu moins concentrée parce que j’avais fait sans-faute la veille. Je suis partie en fait trop confiante. Je sors à 12 points.

PA : partie tambour battant lundi dans la première manche de la finale, tu t’es bien rattrapée, qu’en penses-tu ?
SD : oui, j’ai fait une petite faute de foulée qui me vaut une barre, mais ce n’était pas grand chose (8 points au total). Je pense que c’était l’un de mes meilleurs parcours !

PA : était-ce le plus gros championnat auquel tu aies pris le départ ?
SD : oui c’était mon premier championnat de France à 1,25 / 1,30 m.

PA : comment t’est-tu préparée pour cette échéance ?
SD : j’ai fais pas mal de Tournées des As et je me suis bien préparée à la maison, j’ai beaucoup travaillé. J’ai toujours voulu avancer dans le travail sur le plat comme dans le travail sur le saut.

PA : comment as-tu trouvé la technicité de ces parcours ?
SD : les trois parcours n’étaient pas faciles à monter et bien évidemment le premier jour n’est jamais très gros car il a pour but de nous mettre dans la compétition et d’échauffer les poneys. Le deuxième était le plus technique et le plus gros. Lundi, il fallait garder toute notre précision.

PA : quels sont tes objectifs désormais Sarah ?
SD : j’ai déjà très envie que mon entier, Ti Punch Poupetière, reparte en concours, il avait été blessé, puis opéré. Il reprendra le travail de rééducation en septembre et l’année prochaine, il devrait retrouver les terrains de concours normalement. Je l’espère vraiment ! Il a les moyens d’aller sauter les championnats d’Europe ! J’ai aussi la sœur (utérine, ndlr) de Tutti, Austin Joyeuse (par le grand Kannan et la géniale Brionne, championne de France D1 Elite CSO en son temps, ndlr) qui a 7 ans. Elle est fantastique, mais est encore un peu trop jeune pour moi. Alors pour le moment, c’est une cavalière des écuries, Laura Talbottier (gagnante en GP CCE avec Assir de Navarre, et coachée depuis son plus jeune âge par Rodrigue Desmoules, le papa de Sarah, ndlr) qui la monte, elle a un super bon niveau. Austin appartient à l’élevage Joyeux de Madame et Monsieur Doucelin. Ils savent qu’elle a des moyens en or et qu’elle pourrait atteindre le meilleure niveau, alors ils ne veulent pas la vendre et la garder en tant que poulinière. Avec Tutti, je vais continuer les Grands Prix et essayer d’aller en As Excellence à Lamotte-Beuvron, mais tout dépendra de sa saison. On ne sait pas jusqu’où elle pourra aller. J’étais censé aller en As Poney Elite Excellence cette année avec Ti Punch et faire le Petit Grand Prix avec Tutti car c’était ma ponette réserviste. Et comme Ti Punch s’est blessé, elle est devenue ma ponette de tête. C’est Tutti qui m’a permis d’atteindre ces épreuves là.

Sarah et Tutti Quanti Joyeuse*du Mystère dans la finale du lundi. "C'est sans doute mon plus beau parcours !" - ph. Pauline Bernuchon
Sarah et Tutti Quanti Joyeuse*du Mystère dans la finale du lundi. « C’est sans doute mon plus beau parcours ! » – ph. Pauline Bernuchon

PA : est-ce que tu comptes faire plus d’internationaux la saison prochaine ?
SD : oui, je compte bien être sélectionnée pour les CSIOP et faire Fontainebleau. Si j’arrive à me mettre bien avec Austin, je commencerai les concours en septembre et j’aimerai ensuite faire quelques CSIP. Avec Ti Punch, tout dépendra de son évolution après son opération et sa rééducation.

PA : pour la saison 2018, ton piquet de poneys va s’étoffer, c’est une sacrée bonne nouvelle ?
SD : Oui ! Je montrais plusieurs poneys si tout va bien. Je suis propriétaire d’Une Fée du Sud ; je la récupère la semaine prochaine et je vais essayer de la monter, elle a beaucoup de moyens elle aussi je pense. Elle était trop dure pour moi au début, alors nous avons cherché une cavalière qui pourrait la monter le temps que je grandisse, et nous avons trouvé Louise Frantz (avec qui elle a gagné en Grands Prix As Elite, ndlr).

Suivez l’actualité de la jeune championne dans nos colonnes. Le meilleur reste à venir !

JU et Pa, la marque tendance du textile équestre

Vous avez aimé cet article ? Dites le !
Facebook
Pinterest